Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la-Pensée-libre
  • : Philo-socio-anthropo-histoire. Revue en ligne éditée par une partie de l'ancienne rédaction de "La Pensée" exclue en 2004, élargie à d’autres collaborateurs et consacrée au renouvellement de la pensée critique de la globalisation, du politique, de l’économique, du social et du culturel.
  • Contact

Profil

  • la-pensée-libre
  • Philo-socio-anthropo-histoire.
Revue en ligne éditée par une partie de l'ancienne rédaction de La Pensée exclue en 2004, élargie à d’autres collaborateurs et consacrée au renouvellement de la pensée critique de la globalisation, du politiq
  • Philo-socio-anthropo-histoire. Revue en ligne éditée par une partie de l'ancienne rédaction de La Pensée exclue en 2004, élargie à d’autres collaborateurs et consacrée au renouvellement de la pensée critique de la globalisation, du politiq

Recherche

Liens

6 mars 2018 2 06 /03 /mars /2018 13:02

Il y a une centaine d’année, en février 1919, commençait la guerre polono-soviétique qui allait constituer un des moments fondateurs à la fois de l’État polonais de l’entre-deux-guerres, de l’État soviétique multinational et de la Russie soviétique renouant avec une partie de son héritage russe. Affrontements donc de l’internationalisme et du nationalisme, et affrontement du patriotisme russe avec le nationalisme polonais, tous deux galvanisés par la conquête de Kiev par l’armée polonaise en juin 1920 puis la contre-attaque soviétique vers Varsovie. Affrontements à remettre dans leur contexte international d’une guerre d’intervention directe ou par Etats nationaux interposés de la part des puissances capitalistes occidentales opposées à la jeune démocratie des soviets.

Cette guerre fut donc aussi pour les Polonais une guerre civile entre partisans d’une Pologne rouge recrutant tant en Pologne même que parmi la masse des déportés polonais de 1915 en Russie et partisans d’une Pologne se voulant totalement indépendante mais traditionnelle pour les uns ou socialisante pour d’autres mais en rupture avec le monde russe pour s’allier avec des puissances démocratiques bourgeoises de l’Ouest victorieuses en 1918 et qui allaient la laisser tomber en septembre 1939. Une guerre oubliée en Occident et qui mérite d’être rappelée en ces années de centenaire des dix jours qui ébranlèrent le monde.

La Rédaction

Une Pologne rouge

-

A partir de la lecture de l’organe du Comité révolutionnaire provisoire de Pologne d’août 1920

-

mars 2018

 

Bruno Drweski

 

Alors qu’un mur d’hostilité a régné de 1918 à 1921 entre l’État polonais renaissant et les Russes blancs pro-tsaristes ainsi qu’avec la Lituanie ethnique indépendante et les nationalistes ukrainiens de Galicie orientale, l’essentiel des combats de cette période se déroula cependant entre l’Armée rouge et l’Armée polonaise appelée par les bolcheviks « Armée polonaise blanche » car on trouvait des partisans polonais de la révolution d’Octobre luttant également aux côtés des bolcheviks. Nous allons décrire dans cet article la participation de Polonais à l’institution mise en place par les bolcheviks en Pologne en 1920 au travers de l’analyse des articles du quotidien « le Courrier rouge » (Goniec Czerwony) numérisé par la Bibliothèque numérique de Podlachie (Podlaska biblioteka Cyfrowa) de Bialystok 1 et qui parut comme organe du Comité révolutionnaire provisoire de Pologne (TKRP) du 7 août 1920 au 19 août 1920, soit 12 numéros édités pendant la courte période où l’on tenta d’instaurer en Pologne le pouvoir des conseils dans la foulée de l’entrée dans le pays de l’Armée rouge. Le TKRP a siégé à Bialystok au moment de l’offensive de l’armée rouge sur Varsovie qui se termina par un échec militaire.

Je n’aborderai pas ici la question des Polonais intégrés dans l’Armée rouge à titre individuel ou dans le cadre du « Régiment rouge révolutionnaire varsovien » intégré à la 1ère brigade de la Division occidentale des tirailleurs de l’Armée rouge et commandé par Stefan Zbikowski. Ni les activités clandestines du Parti communiste ouvrier de Pologne dans les territoires restés aux mains de la Seconde République polonaise née en novembre 1918, pas plus que celles des communistes polonais restés à ce moment là en Russie, dans d’autres républiques soviétiques à l’époque ou à l’étranger. Je me concentrerai sur les articles du Goniec Czerwony qui était donc l’organe d’une institution ayant une mission provisoire : mettre en place une administration polonaise communiste dans les territoires reconnus comme polonais par la Russie soviétique, dans l’attente de l’élection de conseils ouvriers, paysans et soldats polonais aptes à proclamer une République polonaise des conseils. Chose qui évidemment ne vit jamais le jour tant la période soviétique fut de courte durée en Pologne, ce qui n’enlève rien à l’intérêt que l’on doit porter sur les articles du Goniec Czerwony qui nous permettent de percevoir l’état d’esprit, les espoirs mais aussi parfois les contradictions qui semblent s’être développées au sein de la petite élite de ce qu’aurait été une Pologne rouge si la bataille sur la Vistule s’était déroulée autrement. Et qui différait fortement des autres Polognes rouges qui allaient voir le jour plus tard, celle des deux régions autonomes polonaises dans la Biélorussie et l’Ukraine soviétiques des années 1920, puis la Pologne populaire qui allait naître en 19442. On peut d’ailleurs considérer que les échecs des bolcheviks et du TKRP en Pologne au cours de l’été 1920 expliquent en partie pourquoi les autres tentatives communistes polonaises seront différentes de la première, ce qui rend la lecture du Goniec Czerwony utile.

J’ai sélectionné ici plusieurs questions qui apparaissent au fil des pages et qui aident à comprendre qui a agi, pourquoi et comment on voulait voir une Pologne associée à la Russie soviétique et surtout partie prenante d’une Europe rouge que les communistes polonais croyaient alors à portée de mains. On peut déceler chez ces communistes polonais d’alors à la fois quelques tendances patriotiques plus autonomes par rapport au modèle russe, et aussi des convergences avec une révolution allemande fortement attendue. Par exemple, lorsqu’il mentionne l’ancienne capitale des tsars, le Goniec Czerwony n’utilise étonnamment pas le terme officiel de l’époque depuis 1914 de Piotrogrod (Petrograd en russe) mais toujours et encore celui, allemand, de Petersburg. Ce qui est étonnant et pourrait témoigner de ce qu’on pourrait appeler un marxisme « occidentaliste » persistant au sein des Polonais qui se sentaient certes solidaires de la révolution bolchevique mais qui pouvaient se considérer néanmoins comme plus « occidentaux » que les Russes, bolcheviks ou pas, pour ne pas dire plus « civilisés ». Chose que Lénine avait lui-même remarqué à plusieurs reprises et envers quoi il manifestait plutôt une certaine sympathie tant il critiquait le caractère parfois « retardataire » de la société et des mentalités en Russie. La suite des événements allaient toutefois prouver que les communistes polonais furent rarement à la hauteur de leurs ambitions.

Avant d’analyser les différents sujets abordés dans le journal, mentionnons que, hormis son nom, son en-tête est marqué par la devise habituelle « Prolétaires de tous les pays, Unissez vous ! » mais aussi par un appel répété allant du numéro 1 au numéro 8 : « Vive la République socialiste des conseils de Pologne ! Vive l’héroïque Armée rouge ! » remplacé à partir du numéro 9 jusqu’au dernier numéro 12 par un appel visiblement plus pressant : « Aux Armes, ouvriers polonais ! Rejoignez les détachements de l’Armée rouge ! »

 

La question de la légitimité du Comité Révolutionnaire provisoire de Pologne (TKRP)

Nous ne poserons pas ici la question de la légalité du TKRP dans la mesure où, se proclamant lui-même comme une institution révolutionnaire, il rejetait ipso facto tout légalisme et ne justifiait son existence uniquement que sur la base d’une légitimité révolutionnaire s’appuyant par principe sur la représentation décrétée et l’adhésion éventuelle des travailleurs salariés, ouvriers et ouvriers agricoles associés aux paysans et aux petits artisans, commerçants, professions libérales et fonctionnaires dans la mesure où ces derniers n’employaient pas eux-mêmes de salariés. Les autres catégories sociales étaient par principe à cette époque de la révolution bolchevique exclues de la vie politique soviétique. On remarquera néanmoins qu’une attitude ambiguë transparait au regard des articles concernant les dignitaires religieux dont on accepte en principe l’existence, dans la mesure où les croyants acceptent de financer « leurs devoirs religieux », terme qui sonne bizarrement de la part de marxistes.

 

1 – Les causes de la guerre selon le Goniec Czerwony

Le TKRP sous la présidence de Julian Marchlewski et ayant pour membres Feliks Dzierzynski, Jakub Harecki (vice-président), Edward Prochniak (secrétaire), Feliks Kon (éducation), Jozef Unszlicht (question du Parti et de la sécurité), Bernard Zaks (industrie), Stanislaw Bobinski (agriculture), Tadeusz Radwanski (agitation et propagande), se proclama représentation du peuple polonais travailleur des villes et des campagnes en rébellion contre le gouvernement polonais de Varsovie dirigé par Jozef Pilsudski et dénoncé comme un « traitre au socialisme » dans les pages du quotidien, passé du service aux Allemands aux ordres de la Grande-Bretagne et de la France. L’État polonais y est présenté comme le « gendarme du capitalisme » dirigeant une « armée d’agression polonaise » opposée à une Armée rouge « libérant la Pologne du joug franco-anglais ». Tous les dirigeants polonais de l’époque sans exception, Pilsudski, Witos, Grabski, Paderewski, Daszynski, etc y sont désignés sous le terme de bande d’escrocs, « Zgraja szajchrajow ». Dans l’article « Qui est responsable » (« Kto Winien ? »), paru dans le n°2 et portant sur les responsabilités dans cette guerre, on accuse Varsovie d’avoir attaqué la Lituanie et la Biélorussie qui ne sont pas des terres polonaises dans le but d’y maintenir la domination de la noblesse polonaise, pays que les Soviétiques n’ont pu défendre en 1919 à cause des attaques les visant sur d’autres fronts. A cette époque, la Russie soviétique avait offert, selon l’auteur de l’article, la paix à la Pologne à de bonnes conditions mais Varsovie avait refusé et même fait le silence sur ces propositions auprès de l’opinion polonaise. Ce n’est que quand la Russie a conclu la paix avec l’Estonie que cela aurait forcé Varsovie à accepter des négociations, en mars 1920, interrompues ensuite par l’agression polonaise visant Kiev dont les conséquences ont, en réaction, amené à la guerre actuelle sur le territoire polonais. Le journal mentionnait d’ailleurs que la Lettonie alliée de la Pologne dans la première phase de la guerre venait de conclure la paix avec la Russie soviétique, ce qui prouvait selon les auteurs la bonne volonté de Moscou. L’Entente de son côté, se déclare neutre mais les auteurs du journal considèrent que le gouvernement anglais joue avec le feu et a même fait à la Pologne depuis l’offensive soviétique vers Varsovie des propositions moins bonnes que ce qu’offrent les Bolcheviks, puisque même la ville et le territoire de Chelm auraient été proposés à la Russie par Londres3.

2 - Révolution en Pologne et révolution internationale

Les articles du journal abordent de façon récurrente la question de « la Pologne révolutionnaire et de la révolution européenne », de très nombreux pays où se déroulent des manifestations, des grèves ou des rébellions sont cités, France, Allemagne, Japon, Estonie, Italie, Angleterre, Bulgarie, Chili. La Turquie kémaliste également est citée comme alliée de la Russie soviétique. La paix signée entre la Russie et l’Autriche est censée démontrer que le gouvernement de Varsovie est de plus en plus isolé en même temps que des désertions, des grèves et des manifestations antigouvernementales se déroulent à Lodz et à Varsovie. Hormis Pilsudski, les mots les plus durs dans les pages du journal visent le paysan Witos « fricoteur du parlement viennois », (« Macher Wiedenskiego parlamentu »), et le socialiste Daszynski accusé d’avoir été le promoteur de l’expédition de Kiev, ce qui démontre que les communistes polonais visaient surtout à conquérir l’opinion de gauche en délégitimant leurs concurrents directs, plutôt que les partis polonais de droite qui sont rarement mentionnés.

Au fil des pages, on énumère les tentatives de création de nouvelles institutions dont les fonctions sont parfois définies peu clairement, comités révolutionnaires, cercles du Parti communiste, comités d’usines, « komitety parobczanskie » (comités de serviteurs de domaine). Aucun conseil ouvrier n’eut le temps d’être élu dans les territoires aux mains de l’armée rouge pendant le bref épisode de parution du journal. Peu d’informations en revanche sur le système installé en Russie si l’on compare avec la place occupée par les activités révolutionnaires décrites ailleurs dans le monde, ce qui pourrait laisser penser que les communistes polonais n’éprouvaient peut-être pas forcément beaucoup d’admiration pour les activités de leurs camarades en Russie, chose a priori peu étonnante quand on a en tête les nombreuses critiques émises par Lénine lui-même sur le retard de la société russe et de beaucoup de militants communistes russes4. Les communistes polonais comme leurs camarades russes d’ailleurs semblent surtout miser sur les communistes et syndicalistes allemands qui empêchent l’approvisionnement de l’armée de Varsovie et qui auraient même bloqué en Silésie des troupes de tchéco-slovaques devant se rendre en Pologne après leur retour de la guerre civile russe où elles avaient été commandées par l’amiral Koltchak annonce le journal.

 

3 – Organisation des structures révolutionnaires

L’organisation du KPRP concentre, comme on pouvait s’y attendre, l’attention des dirigeants du TKRP, la réunion des membres du Parti de Bialystok qui allait être présidée par Feliks Kon est annoncée avec présence obligatoire de tous ses membres. Plus tard, il est annoncé dans le journal que les communistes devront obligatoirement participer à toutes les manifestations, réunions et rencontres, et se faire enregistrer à cet effet.

Simultanément à l’organisation du Parti, des comités révolutionnaires sont mis en place dans les différentes localités prises par l’armée rouge, c’est ainsi qu’on note la participation comme un des membres du Comité révolutionnaire de Wysokie Mazowieckie de Marceli Nowotko qu’on retrouvera plus tard à la tête des communistes polonais pendant la Seconde Guerre mondiale, après la fondation du Parti ouvrier polonais (PPR) en 1942 sur les ruines du Parti communiste de Pologne (KPP) dissous par le Komintern en 1938. Notons toutefois que ce comité compte parmi ses membres des personnes dont les noms ne semblent pas d’origine locale mais plutôt russes comme Pietrow ou Filipow. Le comité révolutionnaire de la ville de Lomza annonce de son côté une série de mesures : remise en marche des usines, création de comités d’usine, mobilisation pour le combat et le travail, pour faire face au manque de réserves de nourritures détruites selon le journal par l’armée polonaise en fuite. Pour contrer les effets de la destruction des ponts par cette armée et le manque d’approvisionnement, l’armée rouge va moudre du blé. Le journal annonce qu’il faut construire le pouvoir ouvrier et paysan sans attendre l’arrivée de camarades expérimentés et qu’il faut aussi communiquer la liste de tous les membres des syndicats. Il donne également des instructions comment créer des conseils et comment ceux-ci devront fonctionner. Dans le 11e numéro, il est annoncé que, sans attendre les décisions sur les frontières, l’Obwod (arrondissement) de Bialystok prend en main la gestion des districts de Suwalki, Bialystok, Bielsk, Sokolka et Wysokie mazowieckie avec comme président Waclaw Bogucki. Les limites de l’arrondissement, des districts (« powiat ») et des communes resteront les mêmes qu’auparavant mais le nom polonais traditionnel de Voïévodie jugé trop nobiliaire est remplacé par le terme d’Obwod (arrondissement). Pour les zones proches du front, le journal annonce la création de comités militaires révolutionnaires de l’armée rouge qui vont gérer les territoires jusqu’à la formation de comités révolutionnaires qui devront procéder aux élections des conseils de délégués ouvriers et ruraux (« wloscianskie »). Feliks Dzierzynski, le chef de la Tchéka en Russie mais plus tard aussi commissaire du peuple au transports, fut alors nommé membre du Conseil militaire révolutionnaire du front occidental.

Toutes les associations existantes reçoivent la consigne de s’enregistrer auprès des comités révolutionnaires locaux et les syndicats doivent procéder à l’enregistrement de tous leurs membres tandis que les enseignants de musique et les instruments de musique doivent aussi être enregistrés. Pour ce qui est des futures élections, le journal conseille bien sûr de voter pour des communistes mais de ne pas faire son choix en fonction de la nationalité des candidats. Le journal annonce enfin que le 31 juillet, le Comité régional de Bialystok du PPS (Parti socialiste polonais) a voté sa dissolution et que tous ses membres ont adhéré au Parti communiste ouvrier de Pologne (KPRP), son président Biernacki, son secrétaire Noskiewicz et les 19 membres du comité dont les noms sont tous cités. Cette information reste à vérifier mais elle vise en tous cas à démontrer que les concurrents à gauche du KPRP tendent à se déliter à partir de la base. D’ailleurs, le journal annonce aussi que des membres du PPS de Varsovie se rebellent contre la direction de leur Parti, à commencer par le secrétaire de son organisation municipale, tandis que des soldats polonais désertent. Parmi les slogans « Courre à cent mille lieux du pouvoirs ouvriers des patriotes du soit-disant Parti socialiste polonais! » (« Pedz o sto mil od wladzy robotniczej patrjotow z tak zwanej Polskiej partii socjalistycznej ! »), car à ce moment là, face à l’offensive soviétique sur Varsovie, le pouvoir polonais avait formé un gouvernement d’union nationale plus à gauche, sous l’égide du dirigeant paysan Wincenty Witos et avec une forte participation des socialistes. Il s’agissait pour les conservateurs polonais de concessions faites dans le but d’éloigner des communistes la masse des paysans et des ouvriers qui pouvaient être tentés par une révolution radicale dirigée par les partisans du pouvoir des soviets. Dans les conseils ouvriers qui avaient été créés auparavant spontanément sur le territoire polonais en 1918, les communistes avaient occupé une position importante quoique généralement minoritaire face aux militants du PPS, et la « République de Tarnobrzeg » qui avait été proclamée en 1918 par des paysans de cette région de Galicie fut férocement réprimée en 1919. Tout cela avait démontré la force initiale du sentiment révolutionnaire en Pologne, ce que les grandes manifestations de masse pour la paix du printemps 1920 avaient encore confirmé, avant toutefois l’euphorie nationaliste créée dans la foulée de l’entrée de l’armée polonaise à Kiev en juin 1920 et qui avait semblé laver 120 ans d’humiliation nationale. Au moment de l’entrée de l’armée rouge en Pologne en août 1920 donc, les sentiments qui régnaient en Pologne étaient particulièrement contradictoires, ce que les bolcheviks allaient mal analyser, selon les dires même de Lénine plus tard.

 

4 – Mobilisations des masses

Dans les premiers jours suivant l’arrivée de l’armée rouge à Bialystok, on perçoit une grande improvisation, le journal reconnaissant que le nouveau gouvernement n’est pas encore au complet, il lance donc la campagne « Prenez le pouvoir dans vos mains, formez des tribunaux » (« bierzcie wladze w swe rece, czyncie sady »), en encourageant des ouvriers à participer au pouvoir, « sans distinction de nationalité, d’origine et de sexe » et en mobilisant sous le slogan « mort aux bourreaux des ouvriers, des paysans et des soldats polonais ! ». Le journal diffuse des chants de victoire et anti-Pilsudski, il annonce la durée de travail de 8 à 10 heures, l’organisation de meetings dans les usines et les villages, appelle à créer une armée rouge polonaise et à enregistrer les volontaires uniquement à partir des ouvriers et des paysans n’utilisant pas de main-d’oeuvre salariée. Il appelle aussi à la reconstruction des usines et surtout à celle des voies de chemin de fer. Plusieurs manifestations de masses sont organisées avec chants, étendards syndicaux, drapeaux communistes. A Bialystok, le journal décrit une manifestation de plusieurs milliers de participants devant le « Palais du travail anciennement Branicki » où Marchlewski a pris la parole et d’autres dirigeants dont les noms sonnent souvent juifs, ce qui tendrait à démontrer que la base sociale locale du TKRP au départ s’appuyait plus sur cette minorité que sur les Polonais et les Biélorussiens locaux, et ce qui allait dans le sens de la propagande xénophobe souvent entonnée alors à Varsovie. L’Internationale y fut chantée en plusieurs langues, les cheminots étant absents de cette manifestation car ils étaient censés la célébrer en travaillant d’arrache pied à reconstruire le réseau ferré. Lors de cette manifestation, Feliks Kon, le rédacteur en chef du Goniec Czerwony, déclara avec une note de tristesse « La joie est ternie par la conscience que nous n’avons pas nous-mêmes rompu les chaines de l’oppression ...Alors que nous étions autrefois à l’avant-garde de la révolution, nous avons dû attendre l’aide des frères russes pour planter en Pologne l’étendard de la révolution »5, la cause de cette situation qui entrait effectivement en contradiction avec le rôle d’avant-garde joué par la Pologne lors de la Révolution de 1905, ne pouvait toutefois selon lui être due à la faute du prolétariat polonais mais provenait des emprisonnements, des tortures et des déportations de par le monde des travailleurs polonais expérimentés par la faute du tsar puis du kaiser. Effectivement, les déportations massives d’ouvriers polonais vers la Russie centrale opérées par les armées du tsar en 1915 avaient certes contribué à renforcer le potentiel rouge en Russie même mais avait contribué à affaiblir son impact sur les bords de la Vistule ...Mais peut-être, lança Kon, que Varsovie allait encore pouvoir se libérer par elle-même avant l’arrivée de l’armée rouge. Phrases qui témoignent des rêves qui semblaient toucher les communistes polonais mais aussi d’une certaine forme de sentiment national, même si la manifestation se termina par des vivats concentrés en l’honneur de Lénine et Trotsky ainsi qu’à des héros rouges du travail.

D’autres rencontres furent organisées dans la ville, le Goniec Czerwony annonçant 500 participants à la réunion syndicale des ouvriers de l’industrie de la peau de Bialystok et une réunion de tous les syndicats de Bialystok rassembla semble-t-il environ 600 personnes, en se terminant par une résolution adoptée par acclamation en faveur du TKRP. Le journal annonça aussi la réunion des garçons de café et des cuisiniers de la ville ainsi qu’une réunion avec présence obligatoire de la « section polonaise » des enseignants. « Manifestation gigantesque » annonçait-il aussi à Bielsk en faveur du TKRP qui adopta la résolution « Nous, citoyens, soldats de l’armée rouge et prisonniers de l’armée de Pilsudski, nous envoyons des milliers d’injures à la bourgeoisie mondiale qui essaie de toutes ses forces d’appuyer les bandes contre-révolutionnaires visant à étouffer le prolétariat russe et polonais »6 et il lançait l’appel « Défendez votre patrie révolutionnaire contre la bande d’exploiteur capitalistes internationaux ! »7. La multiplication des termes « kraj », le pays, ou « ojczyzna », la patrie, dans les pages du journal témoigne du fait que les communistes polonais avaient conscience de l’ambiguïté de leur position eu égard aux sentiments nationaux polonais. Des membres du KPRP allèrent à la rencontre des prisonniers polonais qui adoptèrent, annonce le journal, une résolution des « prisonniers-légionnaires » dénonçant le gouvernement de Varsovie. Le journal annonçait par ailleurs qu’une fois la Pologne libérée d’un pouvoir agresseur qui avait rendu la guerre inévitable, l’armée rouge russe quitterait le pays pour remettre le pouvoir aux masses polonaises.

Le journal ne tait pas les grandes difficultés auxquelles se heurtait la population nouvellement conquise mais soulignait que c’était de la faute de l’armée polonaise qui avait tout détruit en Pologne comme en Biélorussie avant d’évacuer le territoire, d’où les difficultés d’approvisionnement et de communication pour les civils et pour l’armée rouge, d’où le slogan : « Il faut sauver le pays, il faut s’engager dans le combat contre la famine et la destruction ! »8. A chaque numéro, on constate que le soucis économique principal se résumait à trois questions centrales : reconstruire les voies ferrées, participer aux moissons, moudre le blé, tandis que la guerre faisait rage et que le journal annonçait la défaite imminente du gouvernement de Varsovie en s’appuyant entre autre sur un article du correspondant à Varsovie du journal allemand Kölnische Zeitung dont on peut supposer que la lecture était assez rapidement faite pour être communiquée à Bialystok via la Russie. Efficacité donc des services de propagande bolcheviks.

On doit remarquer que la propagande du TKRP tentait de répondre aux questions difficiles comme celle de la légitimité nationale qui devait incontestablement poser des problèmes aux autorités mises en place dans la foulée de l’arrivée d’une armée étrangère. C’est ainsi que le gouvernement de Varsovie était accusé non seulement d’être aux ordres de puissances étrangères mais constituait quasiment un gouvernement de trahison nationale. Dans l’article « Le crime national des patriotes polonais » (« Zbrodnia narodowa patrjotow polskich »), il est écrit que « ...Ce patriotisme a amené à renoncer aux intérêts polonais dans l’ancienne Pologne prussienne »9. En particulier, il donne comme exemple le plébiscite qui vient d’être perdu par la Pologne en Mazurie où la population a voté contre la Pologne à cause, selon le Goniec Czerwony :

- du fait qu’elle est protestante et que la nouvelle Pologne a été réservée aux catholiques,

- qu’elle a mené une politique agressive contre la Russie qui a fait que les Mazuriens ne veulent pas appartenir à une telle Pologne.

Le journal fait des analyses comparables pour la Haute-Silésie et la Silésie de Cieszyn, alors en mains allemandes et tchèques. Il accusa même Pilsudski d’avoir voulu donner la Poznanie aux Allemands qui l’ont toutefois refusée non pas par manque de désir impérialiste mais parce que le prolétariat allemand ne l’aurait pas permis. Grabski de son côté aurait proposé des territoires polonais aux Tchèques en échange de leur aide mais le gouvernement tchécoslovaque a finalement préféré la paix avec la Russie, le gouvernement polonais en étant dès lors réduit à chercher comme allié des pays comme la Hongrie et la Roumanie (qui ne voulait toutefois pas selon le journal s’engager dans la guerre malgré la pression française et qui se limitait à permettre à des formations de volontaires de se constituer pour aller en Pologne). Le journal rappelle aussi que le général Haller revenu du front français où il avait combattu aux côtés de l’armée française après avoir quitté la Russie où il était entré en opposition avec les bolcheviks en 1918 avait autrefois trahi Pilsudski à l’époque de leurs alliances avec les empires centraux, laissant ainsi entendre que l’armée polonaise constituait un amalgame fragile et un panier de crabes d’ambitieux.

Contre Pilsudski, Goniec Czerwony annonce des arrestations de masse à Varsovie et la répressions des syndicats en n’hésitant pas à lancer comme slogan la création d’un tribunal pour les responsables de la défaite annoncée de leurs adversaires. Il annonce également que des policiers polonais de Bialystok évacués par l’armée polonaise sous prétexte d’aller toucher leurs salaires qu’ils n’ont finalement pas reçu auraient fui les zones aux mains des troupes polonaises pour rejoindre Bialystok. De même, il annonce la préparation de la construction d’un monument à Lapy pour célébrer Bronislaw Wesolowski et les autres membres de la délégation de la croix rouge russe envoyés en Pologne, et assassinés selon le journal par les autorités de Varsovie. Il appelle dans ce contexte les soldats de l’armée polonaise à créer des conseils de soldats.

 

5 – Vols et réquisitions

Un sujet délicat pour le TKRP, les violences commises par des militaires de l’armée rouge qui semblent impossibles à nier. Le Goniec Czerwony souligne à plusieurs reprises que cette armée doit se nourrir, qu’elle a aussi du réquisitionner des chevaux car il n’y avait plus de chemins de fer détruits par les armées de Pilsudski et que quand l’approvisionnement arrivera les réquisitions cesseront. Dans un article, il pose ainsi la question : « Est-ce que le soldat révolutionnaire saignant de ses blessures, infecté de saleté n’a pas le droit de prendre du pain quand il a faim, de prendre des bottes quand il est sans chaussures, a-t-on le droit de le laisser sous la menace de faire perdre la question de la liberté parce que des seigneurs polonais ont voulu couper les communications, l’approvisionnement, l’intendance. Il ne peut y avoir de liberté sans sacrifice ! » Le journal annonce que plusieurs villages donnent de la nourriture à l’armée, le village de Bagnowka par exemple a donné 100 pouds de blé et 200 pouds de pommes de terre, mais il admet aussi que des choses inadmissibles ont eu lieu à Lomza de la part d’un détachement de l’armée rouge qui volait et se comportait de façon barbare, et qu’il a fallu envoyer un autre détachement pour restaurer l’ordre. Il demande que de tels actes soient signalés aux comités révolutionnaires.

Les villes sont sollicitées pour envoyer des travailleurs pour faire les moissons, les cheminots sont appelés à combattre « armja jasniepanska », « l’armée des ci-devants », les établissements de commerce de Bialystok sont d’abord fermés pour inventaire pour se voir ensuite sommés de rouvrir.

 

6 – Les répressions

Le journal annonce que selon la propagande de Pilsudski, il y aurait eu des vagues d’arrestations massives à Bialystok, des exécutions, des pillages mais il donne comme exemple le cas d’un dirigeant local, Siemiaszko, dont on a annoncé l’exécution à Varsovie alors qu’on sait bien à Bialystok que pas un cheveu n’est tombé de sa tête. Le journal annonce en revanche la peine de mort pour les vols et les viols, l’inviolabilité de la propriété paysanne, l’obligation pour toute manifestation d’obtenir l’autorisation du comité révolutionnaire local, de remettre aux archives les affiches et tracts émis après l’arrivée de l’armée rouge, l’obligation pour les propriétaires de moulins d’être présents sur les lieux, l’interdiction d’utiliser des camions sans l’autorisation du département des transports, l’autorisation nécessaire pour mener des activités commerciales, toutes mesures qui peuvent se comprendre dans une situation de pénurie et de guerre. Le journal n’annonce en revanche aucune mesure concrète visant les opposants à son régime même s’il décrit en détail les lois adoptées les visant. C’est ainsi qu’il annonce que les tribunaux militaires révolutionnaires peuvent juger partout là où a été décrété l’état de guerre ou de siège :

 

- les affaires contre-révolutionnaires

- les grosses affaires de spéculation

- les questions de corruption et de crimes

- les activités visant à discréditer malicieusement le pouvoir des conseils

- la protection des déserteurs de l’armée rouge

- le banditisme

 

Les jugements de ces tribunaux sont sans appel et cassation, et doivent être exécutés dans les 24 heures suivant le jugement, décret qui leur laisse, il faut bien le dire, une marge de manœuvre quasiment sans limite.

 

7 – politiques agraires

La politique dans le domaine agraire a occupé une place importante et récurrente dans le journal. Dans le numéro 1 du Goniec Czerwony, on appelait à la création de comités d’employés de domaines (« komitety parobczanskie »), en soulignant que l’armée rouge avait l’ordre de ne pas toucher au blé. Dans cet article, on demandait l’arrestation sans commettre violence envers eux des grands propriétaires terriens pour les remettre au comité révolutionnaire local. Le journal soulignait qu’il ne fallait pas détruire les manoirs ou châteaux qui allaient être utiles comme écoles, hôpitaux, salles de réunion ou pour loger ceux qui avaient des logements trop petits. Il ne fallait pas non plus détruire les « folwark », les domaines seigneuriaux, ni les morceler en distribuant la terre aux paysans car ils allaient devenir propriété de toute la nation : « il ne faut pas s’attaquer aux grands domaines mais garder l’exploitation en totalité car il n’y a pas assez de terre en Pologne pour tous »10. On semblait donc s’orienter vers la création de fermes collectives sans procéder à une réforme foncière en faveur de la petite paysannerie. Mais dans le numéro 2, donc dès le lendemain, un article déclarait que la propriété paysanne était intouchable et annonçait que les petits paysans allaient recevoir une partie des terres prises aux grands propriétaires, et que les comités d’employés de grands domaines11 allaient procéder à un inventaire et fournir une aide aux paysans lors des moissons. On annonçait aussi la nationalisation des forêts, l’annulation des impôts et des dettes ainsi que des intérêts bancaires. Et la création de comités révolutionnaires dans les campagnes devant préparer les élections pour les conseils de délégués des communes et districts donnant le droit de vote aux ouvriers agricoles et aux seuls paysans exploitant eux-mêmes leurs exploitations sans employés. Cet accent mis sur la préservation des grands domaines fonciers dans le numéro un du Goniec Czerwony semble entrer en contradiction avec l’accent mis sur la petite paysannerie propriétaire dans le numéro deux où l’on envisageait au moins partiellement une distribution de terres en sa faveur, ce qui pourrait témoigner de divergences existant chez les communistes polonais quant à la politique agraire à suivre. Dans le numéro cinq, on allait d’ailleurs souligner que la nourriture paysanne ne pouvait être réquisitionnée ou confisquée, et Marchlewski proclamait que seuls les surplus devaient être enregistrés.

Dans le numéro 7, un long article commençait par citer l’exemple russe mais en soulignant immédiatement les différences existant avec la Pologne où les ouvriers agricoles travaillaient directement pour le propriétaire et non pas, comme en Russie, où ils lui remettaient une grosse partie de ce qu’ils avaient produit eux-mêmes sur la terre qui était sa propriété. Il fallait donc selon cet article maintenir les domaines fonciers (« folwark »), sans toucher pour autant à la propriété paysanne, et remettre aux paysans ayant peu de terres, là où c’était possible, une partie de la terre des domaines en planifiant « intelligemment » ces changements. Distribuer aussi les prairies et pâturages des domaines et les réserves de foin et d’engrais. Les comités d’employés de domaines devaient aider les paysans en leur prêtant leurs machines ou leurs chevaux.

Il est intéressant aussi de noter que, après avoir utilisé le terme de comités d’employés de domaines, dans le dernier numéro du journal qui put paraître avant le retour de l’armée polonaise, Stanislaw Bobinski lança un nouveau slogan « Vive la République polonaise des conseils des ouvriers des villes et des campagnes ! »12, ce qui semble dénoter une volonté de « prolétariser » la paysannerie sans terre.

 

8 – politiques religieuses

La question religieuse ressort plusieurs fois elle-aussi dans les pages du Goniec Czerwony. Dans le n° 2, on soulignait que le TKRP n’allait pas se mêler des affaires religieuses et qu’il fallait respecter les églises et les prêtres à condition qu’eux acceptent de leur côté le principe « Éloignez vous des affaires laïques ! »13. On annonça rapidement en revanche la nationalisation de toutes les écoles de toutes confessions ainsi que des bibliothèques, librairies, théâtres, cinémas, imprimeries, maisons d’édition et entrepôts d’instruments de musique. Le nouveau pouvoir décréta la liberté de conscience, le droit de croire ou de ne pas croire, la séparation des Églises et de l’État et l’interdiction aux religieux de se mêler des affaires de l’État. La liberté d’aller participer aux activités religieuses fut en principe reconnue mais les religieux n’avaient pas le droit de se mêler de l’enseignement, et l’enseignement de la religion en parallèle était laissé à la décision des parents. Seuls les croyants devaient financer les fonctions religieuses. Dans le n°6, un long article revenait sur la question de la religion en mentionnant que les Églises et les religions avaient toujours été utilisées comme instrument de domination des classes privilégiées qui promettaient « une justice dans l’au delà » et utilisaient un climat de « peur superstitieuse ». L’intolérance était considérée comme répandue dans toutes les Églises et religions citées explicitement à cette occasion, dans cet ordre et sous cette forme, pas intégralement alphabétique : « catholicisme, orthodoxie, luthéranisme, calvinisme, presbytérianisme, mahométanisme, judaïsme ». On notera que dans ces articles l’équilibre était cependant maintenu entre les critiques visant les prêtres et les rabbins. On rappelait que la liberté de conscience n’existait que depuis la Révolution française, et uniquement en fait en France, en Suisse et aux États-Unis d’Amérique du Nord. En Pologne, les grands propriétaires et la bourgeoisie s’appuient sur l’Église tandis que le puissant pouvoir des kahal (conseils religieux juifs) tendait à « maintenir ses fidèles dans l’antagonisme envers la population chrétienne ».

Dans un autre article, le journal soulignait que la propagande ennemie prétendait que les communistes détruisaient les églises et opprimaient la croyance, ce qui n’est pas à leur programme mais il n’y aura plus à l’avenir en revanche de croyance privilégiée. Il annonçait aussi que les prélats religieux seront punis s’ils cherchent à imposer la participation à des activités religieuses, en particulier par le biais de dénonciations publiques ou d’excommunications, chose qui semblait viser dans ces articles particulièrement les rabbins.

 

​​​​​​​

9 – Questions de nationalités

Si la question religieuse a été amplement abordée par le journal, on ne trouve pratiquement rien sur la question des nationalités ce qui doit étonner dans cette région pluriethnique. Hormis une mention sur l’égalité des nationalités et sur le fait de devoir voter sans tenir compte de la nationalité du candidat, rien sur le sujet. Notons toutefois que le journal annonçait dans son premier numéro une réunion du Bund communiste et de Poaleï-sion, et pas d’action équivalente pour le PPS socialiste polonais ou le SL agrarien polonais visiblement considérés comme des ennemis plus irréductibles. On ne trouve absolument rien dans le journal sur les Biélorussiens, si ce n’est une mention dans un article consacré au général Bulak-Balachowicz qui combattait aux côtés de l’armée polonaise et que l’on dénonçait comme un trublion violent se prétendant biélorussien mais rassemblant un ramassis de pilleurs de toutes nationalités. On notera aussi l’annonce d’un concert-meeting consacré à la culture prolétarienne organisé par des militants portant tous les trois des noms polonais alors que l’ensemble de l’orchestre portait des noms juifs.

On doit aussi remarquer que tout au long des pages du journal, le nom d’Unszlicht, visiblement juif, n’apparait qu’une seule fois lors de la formation du TKRP, mais celui de Kon, tout aussi juif, apparait plusieurs fois. Les noms de dirigeants ou activistes politiques cités dans le journal, à l’exception de ceux-là, sont en fait presque tous polonais, parfois ils peuvent sembler russes mais jamais juifs, alors qu’on sait que de nombreux juifs d’origine avaient adhéré au KPRP, ce qui laisse penser que le TKRP préférait passer cet aspect sous silence pour apparaître plus polonais qu’il ne l’était. En fait, la question des rapports entre nationalités n’est jamais abordée dans les pages du Goniec Czerwony, seule la question juive dans le cadre de la dénonciation de la religion, mais pas sous l’angle de la nationalité. On peut s’étonner aussi que, alors qu’une grande partie des partis de la droite nationaliste polonaise entonnaient à Varsovie des slogans sur le « judéo-bolchevisme » qui légitimaient les comportements antisémites, rien la question n’est pas abordée dans le Goniec Czerwony pas plus que celle des droits de la minorité biélorussienne traditionnellement défavorisée. Ce qui laisse penser que les communistes polonais de toutes origines préféraient ignorer ces sentiments qui les gênaient dans leur propagande et qui restaient répandus dans la société. Des Polonais de toutes tendances estimant que les Juifs étaient trop fortement représentés au sein des pouvoirs bolchéviks et des communistes juifs estimant que les rabbins portaient une part de responsabilité dans le développement d’un « tribalisme juif » provoquant à l’égard des autres populations.

 

10 – Les voisins orientaux de la Pologne

Le Goniec Czerwony salua au même moment la formation du Comité révolutionnaire provisoire de Galicie orientale, il mentionna bien sûr la signature de la paix entre la Russie soviétique et la Lettonie. Lorsque la Russie soviétique attribua la région de Wilno/Vilnius à la « Lituanie bourgeoise », le journal souligna que la question de la révolution en Lituanie devra être tranchée par les Lituaniens eux-mêmes, mais on trouve aussi un article relatant les tortures des militants ouvriers dans les prisons de Kaunas.

11 – la vie quotidienne

La vie quotidienne occupe une place régulière dans le journal même si les articles relatant ces questions sont souvent plus courts que les autres. Entre certains appels répétés à la « la reconstruction du pays », on trouve une série d’informations brèves sur la création de cuisines pour les pauvres, l’aide médicale gratuite, la distribution des cartes de rationnement, l’ouverture obligatoire des commerces, la nomination d’un plénipotentiaire pour le reconstruction des chemins de fer, les ventes de pains, l’obligation faite aux propriétaires des coffres bancaires de se rendre à la banque pour qu’on ouvre les coffres en leur présence, l’enregistrement obligatoire des membres des comités d’usine, une demande d’embauche de correcteurs et de traducteurs pour le journal, les activités de choristes, la création de syndicats, le lancement de cours sur les maladies contagieuses dans les villages, le lancement de cours pour les analphabètes, les mesures pour préparer l’hiver en rassemblant le bois et le charbon, l’enregistrement des agronomes et des gardes forestiers, l’enregistrement des coopératives existantes, la distribution de billets gratuits pour le cinéma, le redémarrage de l’industrie textile, la nécessité pour les commerçants de procéder à des inventaires exacts, l’enregistrement des anciens fonctionnaires de l’administration au chômage, la lutte contre l’alcoolisme dans l’armée rouge et dans la population qui imposait de mettre la vodka sous contrôle strict, et si cela s’avérait impossible, de la jeter dans le fumier.

Le journal annonçait aussi que l’armée polonaise en s’enfuyant avait laissé les prostituées soignées dans un établissement sanitaire de la région se disperser et qu’elles devaient être rattrapées pour être soignées car elles transmettaient des maladies. Le journal note les difficultés d’approvisionnement, le manque de papier, le ramassage de peaux, la nécessité d’aider les campagnes et de moissonner les champs laissés à l’abandon avec l’aide de travailleurs et des chômeurs des villes. Bref, ces informations tendent à donner une image des problèmes quotidiens auxquels se heurtaient les habitants en voulant montrer la bonne volonté des autorités. On doit reconnaître que vu la très courte période pendant laquelle celles-ci ont exercé le pouvoir, elles ont fait montre d’une grande énergie et aussi d’une grande fermeté, avec la certitude qu’elles étaient là pour y rester et sans vraiment connaître toujours les réalités ambiantes. Les erreurs et violences auxquelles cette courte période a donné lieu sont mentionnées lorsqu’il s’agit de cas de violences spontanées, mais on notera que tout en niant les accusations de répressions venant de Varsovie et en annonçant la formation de tribunaux jouissant de pouvoirs extraordinaires et expéditifs, rien n’est dit sur la façon dont les répressions concrètes des partisans du gouvernement polonais de Varsovie étaient menées. Il semble y avoir eu aussi des divergences sur la politique agraire à mener. On doit également noter que le fonctionnement de la Russie soviétique n’est quasiment pas décrit et tout l’espoir des communistes polonais semble résider dans la victoire de la révolution à l’échelle européenne. Notons également que, si les pays étrangers sont mentionnés en passant, l’horizon du journal s’étend au monde entier et pas seulement à l’Europe, même si l’on note par ailleurs un fort eurocentrisme des auteurs qui semblent croire qu’ils ont quitté la Russie définitivement. Ce qui peut expliquer les déboires ultérieurs de beaucoup de ces communistes polonais revenus en Russie après l’échec de l’armée rouge devant Varsovie. Les relations entre communistes russes et polonais allaient en effet, malgré les proclamation de fraternité exemplaire, s’exacerber entre la période de la guerre polono-soviétique et la dissolution du Parti communiste polonais par le Komintern en 1938.

La lecture des quelques numéros du journal des communistes polonais arrivés de Russie et tentant de bâtir avec l’aide de communistes locaux une nouvelle réalité démontre l’improvisation dont ils durent faire preuve, une énergie tenace, des hésitations sur la manière de mener la politique agraire ou religieuse, la conscience de devoir se trouver une légitimité patriotique polonaise en abordant la question des territoires frontaliers polono-allemands, la crainte d’aborder la question des tensions interethniques et l’espoir que les graves problèmes économiques seraient résolus grâce à une révolution universelle permettant de moderniser le pays et de rattraper son retard économique. On n’a pas l’impression à la lecture de ce journal que les communistes polonais étaient particulièrement enthousiastes envers la façon dont la Russie soviétique était gouvernée puisque, hormis des déclarations d’appui très générales, il n’y est presque pas fait état sur ce qui se passe dans ce pays et on a en finale plus d’informations sur l’Allemagne ou d’autres pays que sur la vie en Russie. Cela laisse penser que les communistes polonais étaient solidaires de la Russie soviétique dans son combat contre le capitalisme mais qu’ils n’étaient pas vraiment persuadés de la capacité des Russes de bâtir un système socialiste développé et correspondant aux espoirs des Polonais. Il faut rappeler que le Parti communiste polonais allait encenser « les trois L », Lénine, Liebknecht, Luksemburg, en lieu et place du léninisme adopté par le PC soviétique à partir de la mort du fondateur de l’État soviétique. Ce qui explique les critiques pour « luxembourgisme », et parfois quasiment de trotskysme malgré l’exclusion des partisans de l’ancien chef de l’Armée rouge, dont il allait être l’objet à Moscou dans les années 1930.

Il est difficile aussi de savoir à la lecture du Goniec Polski quel fut l’écho réel de leur propagande auprès des populations, les espoirs mis par Feliks Kon dans la possibilité d’une révolte des Varsoviens contre le gouvernement polonais avant l’arrivée de l’armée rouge démontrent toutefois une méconnaissance réelle de l’état d’esprit des Polonais à ce moment là.

Pour terminer, rappelons que le rédacteur en chef du journal, Feliks Kon, après avoir du quitter la Pologne face à la contre-offensive de l’armée polonaise, occupa plusieurs fonctions politiques en République socialiste soviétique d’Ukraine, qu’il allait ensuite travailler à la radiophonie soviétique et occuper la fonction de rédacteur en chef de « Trybuna Radziecka » (La Tribune soviétique), journal destiné à la population polonophone habitant l’URSS. Début 1941, il entrait dans l’équipe de « Nowe Widnokregi » (Horizons nouveaux), sous l’égide de Wanda Wasilewska14, journal intellectuel polonais créé dans la ville encore très majoritairement polonaise à l’époque de Lwow. Au moment de l’attaque allemande contre l’Union soviétique en juin 1941, il fut nommé directeur de la section polonaise de radio Moscou mais il mourut dès juillet 1941 lors de son évacuation vers la ville de Kouïbichev où étaient réfugiés alors, à l’abri de l’atteinte des troupes allemandes, tous les services de l’État qui n’étaient pas indispensables à Moscou. Des autres membres de la rédaction, Julian Marchlewski est décédé en 1925, Feliks Dzierzynski est décédé en 1926 tandis que Edward Prochniak allait être condamné à mort et exécuté en juillet 1937 pendant la « iejovchtchina », les grandes purges de la période Iéjov15 qui se termina en décembre 1938 avec son licenciement du NKVD. Prochniak allait être réhabilité en 1955, de même que Jozef Unszlicht qui allait être condamné à mort et exécuté en juillet 1938 puis réhabilité en 1956.

Notes : 

1< http://pbc.biaman.pl/dlibra/publication?id=22245 >, consulté le 21-XI-2017.

2Il faut rappeler que le Parti communiste ouvrier de Pologne (KPRP plus tard KPP) fut fondé en janvier 1918 à partir de la fusion de deux partis existant depuis les années 1890, la Social-Démocratie du Royaume de Pologne et de Lituanie fondée par Roza Luksemburg et Feliks Dzierzynski et le PPS-lewica, ou Parti socialiste polonais – de gauche issue de la fraction de gauche internationaliste du Parti socialiste polonais formée au cours de la Révolution de 1905. A l’époque, la moitié des mouvements de grève qui ont agité l’empire des tsars s’étaient produits en Pologne. Le KPRP n’était donc pas issu comme la plupart des partis communistes d’une scission de gauche de partis sociaux-démocrates provoquée par la Révolution bolchevique. Les communistes polonais réussirent à faire élire beaucoup d’entre eux dans les Conseils ouvriers qui virent le jour en Pologne à partir de novembre 1918, en particulier dans les villes « rouges » depuis 1905 de Lodz, du bassin minier de Dabrowa Gornicza, des faubourgs et banlieues de Varsovie, de Lublin et de Bialystok. Une Garde rouge vit même le jour à Dabrowa Gornicza en même temps que des paysans ayant à leur tête un militant agrarien et un prêtre catholique proclamaient dans le centre de la Galicie une « République de Tarnobrzeg » porteuse de réformes sociales radicales. Ces tentatives visant à créer des embryons de pouvoirs révolutionnaires furent réprimées par les forces plus conservatrices, y compris celles du Parti socialiste polonais PPS qui avait pourtant proclamé avec des agrariens de gauche le 7 novembre 1918 à Lublin un « Gouvernement populaire de la République de Pologne » qui accepta toutefois de se saborder le 11 novembre 1918 au profit de Jozef Pilsudski et d’un gouvernement d’ « Union nationale » plus conservateur. L’ex-socialiste Pilsudski revenait alors de son internement en Allemagne d’où il avait été libéré grâce à la Révolution allemande. La guerre polono-soviétique allait servir aussi à réprimer les tendances révolutionnaires dans tout le pays et qui s’étaient même manifestées le 11 novembre 1918 dans le centre de Varsovie lorsque l’insurrection visant l’armée d’occupation allemande et qui bénéficiait de la sympathie des conseils de soldats allemands présents dans la capitale polonaise plantèrent le drapeau rouge au sommet du château royal de Varsovie comme symbole d’une Pologne renaissante qui devait rompre avec celle qui avait disparu au XVIIIe siècle à cause de la trahison de ses élites aristocratiques. Lune grande partie des ouvriers polonais héritiers de la Révolution de 1905 avait de son côté été déportée en Russie centrale avec les machines de leurs usines au moment de la défaite russe de 1915. Ils ont joué un rôle essentiel dans les révolutions russes de février puis d’octobre 1917 et se virent pour la plupart plus tard interdits de retour dans leur patrie malgré le traité de Riga signé entre la Pologne, la Russie et l’Ukraine soviétiques en mars 1921 et qui garantissait en principe le droit aux rapatriements des citoyens des ces trois entités déplacés chez le voisin au cours du conflit mondial.

3 Ce territoire avait déjà été formellement détaché de la Pologne par le tsar en 1912.

4Voir par exemple l’article : http://www.lapenseelibre.org/article-marx-lenine-les-bolcheviks-et-l-islam-n-60-104736418.html

5 « ...radosc maci jedna swiadomosc, iz nie sami zerwalismy petla niewoli ...niegdys przednia straz rewolucji, musielismy czekac pomocy braci rosyjskich by sztandar rewolucji nad Polske natknac », GC n°3.

6 « My obywatele, Zolnierze armji czerwonej i jency z armji Pilsudskiego, zsylamy tysiace przeklestw na burzuazje swiatowa ktora wszelkimi silami stara sie popierac bandy kontrrewolucyjne by zdusic proletarjat rosyjski i polski » , GC n°11.

7 « Broncie Waszej Ojczyzny Rewolucyjnej przeciwko miedzynarodowej szajce wyzyskiwaczy kapitalistycznych ! », GC n°9.

8 « trzeba ratowac kraj, trzeba stanac do walki z glodem i zniszczeniem ! », GC, n°11.

9 « ...ten patrjotyzm doprowadzil do zaprzepaszczenia spraw polskich w dawnym zaborze pruskim », GC n°12.

10 « nie nalezy szarpac folwarkow tylko gospodarstw zachowac w calosci bo w Polsce ziemi nie starczy dla wszystkich », GC, n°1.

11« komitety folwarczno-parobczanskie »

12 « Niech zyje Polska Republika Rad robotnikow miast i wsi !» , GC, n°12

13 « wara od spraw swieckich ! », GC n°2.

14Enseignante et fille d’un des proches de Jozef Pilsudski qui fut son parrain, elle évolua vers des positions d’abord socialistes de gauche avant de passer au communisme et de se réfugier en Union soviétique en 1939. Elle n’allait pas rentrer en Pologne en 1945 car, épouse d’un écrivain ukrainien, elle s’installa à Kiev auprès de son mari qui y occupait des positions dirigeantes.

15Nikolaï Iéjov dirigea le NKVD de septembre 1936 à novembre 1938, après avoir succédé à Guenrikh Yagoda qui le dirigea de juillet 1934 à septembre 1936. Iagoda et Iéjov organisèrent les grandes purges avant d’être eux-mêmes tous deux accusés, jugés et exécutés pour avoir mené des activités fractionnelles et criminelles, entre autre d’avoir empoisonné Wiaczeslaw Mienzynski, leur prédécesseur mort en 1934, un noble « rouge » polonais placé à la tête du NKVD à la mort de Feliks Dzierzynski, lui-aussi polonais et noble d’origine.

Partager cet article

Repost0

commentaires