Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la-Pensée-libre
  • : Philo-socio-anthropo-histoire. Revue en ligne éditée par une partie de l'ancienne rédaction de "La Pensée" exclue en 2004, élargie à d’autres collaborateurs et consacrée au renouvellement de la pensée critique de la globalisation, du politique, de l’économique, du social et du culturel.
  • Contact

Profil

  • la-pensée-libre
  • Philo-socio-anthropo-histoire.
Revue en ligne éditée par une partie de l'ancienne rédaction de La Pensée exclue en 2004, élargie à d’autres collaborateurs et consacrée au renouvellement de la pensée critique de la globalisation, du politiq
  • Philo-socio-anthropo-histoire. Revue en ligne éditée par une partie de l'ancienne rédaction de La Pensée exclue en 2004, élargie à d’autres collaborateurs et consacrée au renouvellement de la pensée critique de la globalisation, du politiq

Recherche

Liens

5 juillet 2019 5 05 /07 /juillet /2019 19:56

A l’heure où l’humour est devenu fade et conformiste et où les pouvoirs n’osent même plus laisser des espaces aux ‘fous du roi’, il est bon de rappeler que l’humour est par principe révolutionnaire, ce qui explique sans doute la situation actuelle où l’ordre dominant se sent à ce point menacé qu’il n’ose même plus tolérer, et encore moins financer, ce qu’en des temps plus stables, les pouvoirs considèrent comme des soupapes leur permettant de durer. Le rappel de l’oeuvre de Hasek dans le contexte qui a précédé puis suivi la Première Guerre mondiale fait donc œuvre de salubrité publique.

La Rédaction

 

 

« L’IDIOT SOLENNEL » :

 

RÉVERBÉRATION D’UNE FORMULE DE HASEK

-

Juillet 2019

 

Ana BAZAC*

 

 

Avant propos

 

Ce bref article nous rappelle une expression de l’auteur dubrave soldat Chvéïket discute ses significations au-delà de la caste haïe en vue par Hasek. La caractérisation contenue dans l’expression est liée à l’histoire des relations de pouvoir, et pas seulement des collisions se déroulant dans la « nature humaine » pécheresse et sarcastique. On analyse les parties de la formule et la formule toute entière, dont la saveur joue une fonction politique plurielle. Enfin, il y a quelques concepts philosophiques qui endécoulent et qui éclairent le thème de l’opposition sociale.

En effet, la parution en 1921 du premier volume duBravesoldat Chvéïk avait foudroyé la conception de l’humour traditionnellement promue par ses protagonistes et théoriciens. Mais au-delà de l’humour, même la représentation philosophique de la communication avait été secouée. Qu’est-ce qu’on peut exprimer et qu’est-ce qu’on ne peut pas ? Est-ce que la vérité n’est pas une construction complexe composée par les vérités de ses briques et aussi par des significations nouvelles résultant de la composition même ? On peut certainement révéler une connexion entre l’humour révolutionnaire de Hasek et les jeux de langage wittgensteiniens, eux-mêmes suggérant toute une historicité et une socialité marquée des places sociales et de leurs univers.

 

Introduction

 

La parution en 1921 du premier volume des Aventures du brave soldat Chveïk1, après le recueil de 1912 Le Brave Soldat Chvéïk et autres histoires bizarres du même « excentrique » Jaroslav Hasek, a bouleversé la conception générale de l’humour et même celle de la critique sociale. En effet, l’œuvre hasekienne et son esprit ont transposé au niveau de la littérature cultivée – bien qu’avecun parfum rustre – la tendance et la manifestation traditionnelles du sarcasme et du persiflage populaires2. Cette mise en évidence de l’audace et de la créativité métaphorique populaires envers la cruauté, la stupidité et l’efficacité limitée de la domination a bien représenté l’envers du modèle de l’intellectuel prudent, socialement ignorant et jouant àl’impartial. On se souvient que, après qu’un groupe de 93 intellectuels allemands avait signé en 1914 un manifeste pour la guerre, en 1915 seuls3 chercheurs, parmi lesquels Einstein, ont montré leur opinion contre la guerre en signant un contre-manifeste adressé « aux Européens »3.

Le thème principal de l’œuvre de Hasek a été l’antimilitarisme, mais ce n’est pas cet aspect que je veux souligner ici, bien que la formule mentionnée dans le titre a été utilisée afin de mieux caractériser un vieux général décrépi, absurde et ridicule pour tous ses subordonnés. 

Mon sujet est justement l’expression même, dont la saveur ne fait qu’augmenter sa capacité descriptive et pénétrante au-delà la catégorie en vue par Hasek.

 

Les mots

 

1)Idiot : l’origine grecque du mot est tout à fait intéressante. Ϊδιoς signifiait propre à quelque chose ou à quelqu'un/quelqu’une, particulier, d’une manière propre ou particulière. D’ici ϊδίωσις – distinction entre les choses, selon leurscaractèrespropres, tandis que ϊδιωτεία était la vie d’un simple particulier, la vie privée opposée à la vie dans le cadre dupolis4, c'est-à-dire sans exercer aucun métier, d’ici manque d’éducation, ignorance, d’ici ϊδιωτεύω– être étranger à tel ou tel métier. Par exemple, Platon avait utilisé le mot en montrant que dans la cité personne ne doit pas être étranger à la vertu (τής άρετής)5. Ϊδιώτης était ainsi pas seulement le simple particulier, l’homme étranger à tel ou tel métier, mais aussi l’ignorant, le simple, le vulgaire et, attention, l’indigène, opposé à ξένoς, c'est-à-dire celui qui n’a pas lachance d’expérimenter des choses inédites et restant ainsiborné.

Le latin avait reçu le sens figuré de l’existence manquée de signification sociale : l’idiot était le sot, le stupide, le crétin, l’imbécile, même le débile mental. Ce sens a continué dans les langues européennes. Le fou du village a toujours été l’imbécile, réel ou considéré comme tel, et qu’on ne touchait pas,sauf si on avait besoin d’un bouc émissaire. Il n’était pas du tout le porteur de vérité, comme le fou des princes – jamais imbécile, tout au contraire le représentant de l’intelligence capable dese dissimuler6et d’unecritique sociale voilée7– mais d’une‘sottise’ qu’on supportait tout en se méfiant d’elle. 

Denos jours, Sartre a écrit L’idiot de la famille : Gustave Flaubert de 1821 à 18578,en utilisant le sens figuré du mot grec. Il y a deux registres qui expliquent la signification du mot dans la conception de Sartre: le premier, où idiot est l’adjectifsous-entendu appartenant à la famille de Flaubert et suggérant la tendance à écarter un originel indésirable du nid chaud et rassurant qui garantie la respectabilité du point de vue de la société ; plus largement, l’adjectif montre l’aliénation d’une société et d’une atmosphère spirituelle conformiste et limitée par n’importe qui cherche à questionner la tradition de la conscience non-problématique, a-problématisante. L’idiotreste ainsi l’étranger face à la mentalité commune, donc regardé avec désagrément. Celui nommé ainsi peut être, d’ailleurs comment il s’avère, intelligent et capable de revanche. De toute façon, la caractérisation est donnée à ceux/celles qui sortent de la normalité9 : ou bien physique et psychique, ou bien de celle des idées partagées et manifestées inhérentesdans le comportement. 

Le second registre correspond aux sentiments du celui qui est caractérisé comme idiot par les autres : ici idiot est substantif, c'est-à-dire la personne décrite par les autres comme idiote etarrive à internaliser ce trait réel ou fictif en la transformant en identité propre, irrémédiable et fatale. Selon Sartre, l’enfant Flaubert et le jeune Flaubert avaient vécu justement cette situation qui permet en même temps un détachement de l’ordre social existant, une liberté de comportement et de discours. De ce point de vue, l’idiot est synonyme avec le non-conformiste qui est toujours l’indésirable. Et, justement à cause du sens sous-entendu du mot – idiot comme malade –, le poids de la caractérisation assumée (l’idiot/je suis l’idiot) écarte les qualifications plus bénignes des distinctions des gens : l’idiot n’est pas un « excentrique »10, un « bizarre »11, un « extravagant » – un homme remarquable par son intelligence créatrice, même si quelque fois fâcheux, mais de toute façon intégré dans la logique sociale – mais un être répugnant, produisant peur et qui n’est jamais intelligible.

D’autre part, si, comme dans le sens latin, l’idiot est réellement débile mental, les choses changent. On ne rit pas des malades ou des handicapés. Pourtant le comportement idiot est ridicule en cela que la bêtise poursuivie avec ténacité est incongrue avec la logique normale, le « bon sens, la chose du monde la mieux partagée »12. Ce bon sens mène à l’autocensure des mots, et pas seulement pour que l’homme se dissimule, mais aussi en vue de purifier la logique des discours. L’homme en bonne santé mentale peut certainement changer ses objectifs, en les accordant pas seulement à la logique de la société où il vit mais aussi ou plutôt aux conditions sociales qui permettent certaines choses mais pas d’autres choses, qui les permettent d’une certaine manière mais pas d’une autre manière etc. Tandis que l’idiot ne change pas ni ses buts ni ses discours et ne s’accorde pas à la logique sociale. Cette inhabileté comportementale est considérée appartenir à l’idiotie.

C’est en ce sens – d’être opposé à la santé mentale et à la logique habituelle des discours – que Hasek a utilisé le premier mot de son expression.

 

2)Solennel : la solennité est l’attitude des gens dans les grandes fêtes.Solennitasétait la fête religieuse latine ou la cérémonie publique qui se déroulaient avec pompe, par des rites et étaient (surtout cette dernière) accompagnées par des actes officiels où les gens portaient des habits spéciaux dignes de la majesté de ces moments. Le comportement solennel est ainsi grave, même affecté, emphatique. La solennité tient du domaine public, et encore seulement de la formeou de l’extérioritédans le domaine public, en se différenciant de l’attitude sérieuse dont on traite en général les problèmes de la vie quotidienne privée ou publique.

Si la solennité est liée à un événement important, reconnu comme spécial par une collectivité, alors ce n’est ni logique ni productif de se manifester solennellement tout le temps, parce qu’ainsi on réduit la valeur des événements ou des processus dont ont désire souligner l’importance. En conséquent, le comportement solennel est discontinu, intermittent.

 

3) Or, le personnage (le vieux général décrépi) caractérisé par Hasek comme idiot solennelse manifeste de manière solennelle couramment,entraitant chaque aspect – d’ailleurs formel, secondaire, insignifiant – de son activité, elle-même inutile, nuisante, bureaucratique, comme ayant une importance cardinale. Le manque d’utilité sociale de cette activité – inclus dans la nuisibilité du militarisme et l’irrationalité du système social qui necontient pas seulement mais dépend du militarisme, de la bureaucratie et du gaspillage de la vie humaine –, ainsi, le manque d’utilité sociale de la bureaucratie, du militarisme et des relations sociales de domination-soumission sautent aux yeux des lecteurs de l’excellent texte de Hasek.

De plus, comme l’idiot est en général serein, en assumant la logique de son propre état, le personnage de Hasek se montre d’autant plus faisant partie des structures qui existent justement par l’impression de solennité, c'est-à-dire par l’impression de l’importance majeure de ces structures induitesdans la conscience commune : cette impression d’importance de premier rang des couches dominantes et bureaucratiques ne pourrait pas se consolider sans la continuité infatigable de leur manifestations, sans la permanence obstinée et sereine de leur contre-positionfaceau bon sens populaire. 

 

Qui est idiot solennel ?

 

Comme attitude, la solennité sereine et convaincue de la justesse de sa position provient des catégories dirigeantes. Pour elles, la solennité permanente fait partie de la fiche du poste : leur autorité même, forme symbolique de leur puissance, se fonde sur les permanentes preuves solennelles de leur nécessité. 

Historiquement, la solennité est liée avec le pouvoir (économique et politique) : elle appartient au prince, mais aussi à la couche bureaucratique, car les prêtres et les militaires – un objet favori de Hasek – sont des strates dans cette couche. De ce point de vue, la modernité a seulement développé la bureaucratie, les institutions bureaucratiques et les conjonctures où la solennité constitue une arme banale. De la même manière, la modernité a substitué la solennité liée aux personnages concrets du prince avec la solennité liée aux institutions impersonnelles, plus imposantes ainsi. Enfin, elle a transféré le poids de la solennité envisageant le prince/les cercles dirigeants aux cercles bureaucratiques : d’une part, la solennité du prince parait aujourd’hui moins visible que celle des cercles bureaucratiques ; d’autre part, le langage publique étant démocratique, la solennité provient des figures menaçantes de la puissance violente de la base de l’autorité. 

Les gens extérieurs aux cercles du pouvoir politique et économique ne sont déterminés à démontrer leur raison existentielle de manière solennelle. Ils savent très bien qu’avant tout ils doivent travailler afin de pousser plus loin le carrosse social. Puis, ils savent qu’ils sont assujettis et que, hormisla violence dont ils sont traités, on leur accordedes beaux mots pour apaiser leurs questions concernant la valeur de la vie humaine et de leur vie. Ainsi, ils ont appris à faire la différence entre les discours qui leur sont servis et ce qu’il y a en réalité. Mais est-ce que ce n’est pas l’ironie qui saisit le contraste entre ce qu’on dit et ce qui estla base de la référence ? En effet, l’ironie est « d’extraction basse » et a joué et joue encore le rôle de pansement de l’amertume et de petite victoire in opressores.

Les gens communs ne sont pas solennels : ils peuvent certainement emprunter la figure, les gestes, l’air solennel des chefs s’ils se trouvent dans le viseur de ceux-ci et peuvent devenir eux aussi des petits chefs convaincus de leur propre importance et dotés de l’arsenal de morgue supérieure. Mais hormis dans les cas de de ce type detransformation, la solennité des « damnés de la terre » est miméeet mimétique.

De nos jours, la solennité accompagne plutôt l’activité des bureaucrates sans compétenceset cherchant à masquer – par l’importance qu’ils se donnent et donnent à la forme des activités où ils sont mêlés – l’inadvertance entre la nécessité de compétence et, d’autre part, leur manque réel de qualification professionnelle et sociale. Car l’intelligence politique moderne et surtout celle quela modernité tardive avait imposé, sous l’impact de la vague démocratique, la substitution de l’ancienne solennité avec celle « démocratique » : plutôt naturelle que pétrifiée, « partagée en commun », transférant les fondements du pouvoir qui la soutient dans l’espace de ce qui n’est pas dit.

Mais est-ce qu’il y a vraiment de la solennité si tous les critères sont raréfiés, et que personne ne respecte plus la parole et quepersonne ne respecte ni les personnages dirigeants ni les institutions ? La solennité comme respect publicdes valeurs, des institutions et des comportements politiques est réellement en train de se dissiper. Ce qui ne veut pas dire que l’idiot solennel disparaisse lui aussi : il y en a encore, là haut et au calibre minuscule dans l’espace de ceux qui dirigent la vie publique fermée, locale ou des institutions.

 

L’expression

 

La formule de Hasek dénote une ironie énorme : l’impression de superlatif, de grandiloquence suggérée par la référence à la solennité – tout ce qui est solennel est intouchable, n’est-ce pas ? – est d’un coup contrecarré par la nomination du sujet, l’idiot. Plus la disparité entre les éléments de la formule est grande, plus l’ironie est mordante. 

La formule est une espèce d’oxymoron, car le substantif et l’adjectif se contrecarrent. Le résultat est un homme minimisé et ridicule : comme en général le ridicule n’est pas conscient de l’impression qu’il provoque, l’idiot solennel est le sot bénéficiant d’une situation sociale privilégiée et convaincu nonseulement que cette situation lui convient mais aussi que les autreset spécialement les subordonnés seraient convaincus eux aussi de la justesse de cette situation, de plus, en étant hautement désireux de s’abreuver de la sagesse qu’il est censé émaner. Plus l’idiot solennel – le grand ou petit chef des milieux bureaucratiques – cherche à montrer son importance et son caractère indispensable, plus il est solennel et plus cette solennité est creuseet inefficace. 

L’ironie de la formule est une fonction de la négationqui constitue sa structure : d’une part, la négation témoigne que chaque mot présupposerait une clôture, une fermeture/limitation qui empêcherait la combinaison avec des mots opposés ; en effet, il s’agit d’une faussefermeture, suggère la formule qui dévoile cette fausseté justement par l’ouverture insolite des mots composants : il y a, tout au contraire à l’opinion commune, une concordanceentre l’idiotie et la solennité. Plus l’abysse présomptif entre la présupposition commune et la réalité est profonde, plus l’ironie de la formule est acide. D’autre part, la négation signifie le dévoilement de l’esquiveetdu cachéque chaque mot contient ; le résultat et la connaissance que, tout au contraire, chaque mot couvre un halo d’ambiguïté : la formule ne fait qu’exprimer un sensdans cette ambiguïté.

 

Quelques concepts philosophiques

 

Comme il est apparu déjà, la formule de Hasek et l’analyse de cette formule renvoient aux concepts d’identité– de l’homme, l’identité sociale –, de signification, de complexification, d’ambiguïté, d’origineet d’anamnèse.La philosophie du langage se joint à la philosophie sociale : elles ne sont plus disparates et jettent une lumière plus claire sur l’homme qui est son histoire. De ce point de vue, la puissance de s’opposerliée au droit à l’opposition sont d’autres notions que l’expression met en évidence.

L’humourcomme concept de la philosophie du langage a des significations dont on doit se préoccuper. Nietzsche nous avait rappelé la vielle sagesse surprise par Horace – ridentem dicere verum, quid vetat/ qui nous empêche de dire la vérité en riant ?13– : son propre moto à Le cas de Wagneravait été justement ridendo dicere severum/ en riant on dit des choses graves14.

Mais de quelle espèce d’humour relève la formule de Hasek ? Est-ce qu’elle dénoterait simplement unemalice, c'est-à-dire uneintention méchante envers les autres ? Nietzsche avait remarqué que même la malice ne tente pas defaire souffrir l’autrui en soi, mais qu’elle est un « sentiment de revanche » qui nous fait plaisir et dont la connaissance nous renforce15.

Cette idée de sentiment de revanche nous amène au sarcasme– ironie amère, cinglante et impitoyable. Le sarcasme utilise justement les aspects de négation et d’ambiguïté mentionnés. L’amertume qu’il dénote montre sa fonction dans une société où il parait que l’ironie serait la seule arme perçante.

 

La signification des jeux de langage de Wittgenstein et la formule représentante de l’humour de Hasek

 

On peut rapprocher l’humour révolutionnaire de Hasek de la pensée wittgensteinienne. Dans cette dernière, la philosophie est l’effort de reconstituer les faitspar la clarification et la correction des confusions, des automatismes, des clichés de langage, des mythologies philosophiques (qui considèrent comme dates certes les schémas d’argumentation, les modalités de voir ou de les considérer comme explications ultimes/ supra-explications). « La philosophie est une bataille contre les sortilèges faits à notre intellect avec les moyens du langage »16. En conséquence, les faits de connaissance des choses doivent être décrits d’une manière critique parce que les notions mêmes ont la capacité d’induire des préjugés : justement à cause des expériences subjectives diverses qui s’en trouvent derrière. 

C'est-à-dire, même si les expériences subjectives sont diverses, il y a des éléments communs entre les images parmi lesquelles les gens décrivent le même mot. Ces éléments sont donnés par l’expérience communedes hommes : et justement sur cette base on peut transmettre, communiquer et les jeux de langageont du sens. 

L’ironieest un jeu de langage : elle est comprise à cause des éléments communs dans l’expérience sociale. Un élément est la connaissance que les gens ont la possibilité de saisirdes aspects pas encore dévoiléset nomméspar les mots et par les conceptions. Un autre est la connaissance – mais évidemment que toutes ces connaissances sont historiques – qu’il y a un contrasteentre un niveau de réflexion de la réalité et un autre possible. Un autre enfin est la connaissance que par composantdes mots avec leurs significations spécifiques on peut arriver à un degré supérieur de vérité.

Wittgenstein avait montré la capacité de la raison à s’auto-ironiser. Hasek avait dévoilé la capacité de la société même de se construire d’une manière humoristique, et doncalors de se déconstruire par l’ironie. La formule discutée ici représente tout un programme de déconstructiondes mythes sociaux par l’intermède de l’ironie.

 

*Professeur de philosophie à Bucarest, Roumanie.

 

Notes :

 

1La traduction roumaine (Jean Grosu) du livre date de 1964. Il y a aussi l’édition de 2010, reproduction de la traduction de 1964, comme le supplément de jeudi du journalAdevărul.

2C’est justement cette espèce d’expression qui permet de qualifier l’œuvre de Hasek derévolutionnaire parson message/son contenu et aussi parson écriture qui « au commencement énonce », voir Gilles Deleuze, Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure(1975), traduction roumaine Bogdan Ghiu, Art, 2007, p. 49. 

3Voir Ana Bazac, „Libertatea umană şi perspectivele ei la Albert Einstein”, Revista de Filosofie, 5-6, 2005, pp. 703-721 [La liberté humaine et ses perspectives chez Albert Einstein]

4Dans le sens retenu aussi par Hannah Arendt,Condition de l’homme moderne(1958), Paris, Calmann-Lévy, (1961), 1983, mais pas avec le contenu antique du mot.

5Platon, Protagoras, 327 a.

6Cette capacité a été très importante par comparaison au reste des gens « sans face » et ayant seulement une signification statistique, de « foule ». Cette impression de « foule » est donnée justement parce que la majorité n’a aucune puissance pourcontrôler les pouvoirs et le mécanisme social, la dissimulation individuelle ayant lieu dans le cadre des relations de domination-soumission. Le discours des fous des rois, des clowns, a poursuivi le développement des libertés capables d’assurer cette puissance. Mais ces discours étaient exceptionnels. 

7Voir Ana Bazac, „Two pages from the culture of the double speech and of tacit suppositions”, Wisdom, Vol. 11, Issue 2, 2018, pp. 5-11.

8Paris, Gallimard, 1971-1972, 3 tomes.

9Voir l’analyse de Alexander Kiossev, The oxymoron of normality, 2008,http://www.eurozine.com/articles/2008-01-04-kiossev-en.html.

10Dont parlait Jules Verne, par exemple (Le testament d’un excentrique, 1899), en liant l’excentricité à l’esprit de la réforme (voir Le tour du monde en quatre-vingt jours, 1873). 

11Voir dans la collection des récits d’Edgar Allan Poe et traduits par Charles Baudelaire en 1865Histoires grotesques et sérieuses, la pièce « L’ange du bizarre » (1844). 

12René Descartes, « Discours de la méthode… », en Descartes, Oeuvres, Tome VI, éditeurs Charles Adam et Paul Tannery, Paris, Léopold Cerf, 1902, p. 1.

13Horace, Satires, I, 24.

14Friedrich Nietzsche, The Case ofWagner, 1888:

15Friedrich Nietzsche,Human, All Too HumanA Book for Free Spirits(1878, 1879, 1880), Translated by J.R. Hollingdale, Introduction by Richard Schacht, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, II, § 103.

16Ludwig Wittgenstein, Recherches philosophiques, 1953, § 109.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Shana 13/07/2019 19:43

Très bel article, très intéressant et bien écrit. Je reviendrai me poser chez vous. N"hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo). A bientôt.