Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la-Pensée-libre
  • : Philo-socio-anthropo-histoire. Revue en ligne éditée par une partie de l'ancienne rédaction de "La Pensée" exclue en 2004, élargie à d’autres collaborateurs et consacrée au renouvellement de la pensée critique de la globalisation, du politique, de l’économique, du social et du culturel.
  • Contact

Profil

  • la-pensée-libre
  • Philo-socio-anthropo-histoire.
Revue en ligne éditée par une partie de l'ancienne rédaction de La Pensée exclue en 2004, élargie à d’autres collaborateurs et consacrée au renouvellement de la pensée critique de la globalisation, du politiq
  • Philo-socio-anthropo-histoire. Revue en ligne éditée par une partie de l'ancienne rédaction de La Pensée exclue en 2004, élargie à d’autres collaborateurs et consacrée au renouvellement de la pensée critique de la globalisation, du politiq

Recherche

Liens

17 janvier 2021 7 17 /01 /janvier /2021 23:40

Normand Béthune est un médecin révolutionnaire canadien qui a consacré ses compétences médicales pour soigner les victimes du capitalisme puis les blessés des guerres civiles d'Espagne avant d'aller rejoindre la base révolutionnaire de Yenan en Chine pour y soigner les combattants de l'armée populaire de libération en lutte contre les occupants japonais. Il est mort en Chine victime d'une septicémie qu'il avait contracté lors d'une opération sur la ligne de front. Mao Zedong lui a consacré un article pour célébrer son activité et expliquer aux masses chinoises ce qu'est l'internationalisme prolétarien.


 

Il nous a semblé utile, en cette période trouble et de bruits de bottes répétés, alors que le système dominant a perdu toute légitimité et que les forces de régression prennent d'assaut ce qui reste des démocraties libérales, de reprendre l'article écrit par Norman Béthune lors de son séjour dans l'Espagne républicaine qui allait tomber à cause de l'inaction des démocraties libérales face à la coalition des forces franquistes espagnoles, fascistes italiennes et nazies allemandes.

La Rédaction


 

Norman Bethune

 

sur la montée du fascisme

-

janvier 2021


 

Le journal de la Ligue de la Jeunesse Communiste du Canada (YCL-LJC), Rebel Youth-Jeunesse Militante, a republié un discours du Dr Norman Bethune, un communiste et médecin qui s'est rendu en Espagne pendant la guerre civile. 

Ce discours datant de 1937 est d'une clairvoyance forte sur la montée du fascisme en Europe. La "lutte contre le communisme", justifiant le fascisme-nazisme (qui dans les années 1950 allait être théorisée sous le vocable du "containment"), ne sert qu'un but : museler toute forme de revendications pour un avenir meilleur.
 

Un texte criant d'actualité. (Traduction Nico Maury)

Ce mois de juillet marque le 84ème anniversaire du début de la guerre civile espagnole. Le 19 juillet 1936, des milliers de travailleurs-travailleuses de Barcelone ont pris les armes pour défendre la démocratie populaire contre un coup d'État d'extrême droite initié par le général Francisco Franco les jours précédents. Avec la défaite du coup d'État, la lutte pour la démocratie s'est rapidement étendue à travers l'Espagne, la classe ouvrière se retrouvant à lutter à la fois contre les phalangistes et les nationalistes locaux, ainsi que contre leurs alliés allemands nazis et italiens fascistes. 

Pour commémorer le soulèvement populaire du 19 juillet 1936,
Rebel Youth republie un discours du Dr Norman Bethune, un communiste et médecin qui se rendait en Espagne en novembre de cette année pour apporter une aide médicale aux républicains. En Espagne, Bethune a contribué à la création de services mobiles de transfusion sanguine. Ce discours est tiré de la tournée de 1937 de Bethune à travers le Canada, au cours de laquelle il a fait connaître la cause républicaine en Espagne et recueilli des fonds pour les bénévoles. 

Alors que nous voyons une montée renouvelée du fascisme, ainsi qu'un besoin médical accru, un besoin de stabilité et un besoin de soutien pour les personnels médicaux de première ligne, nous espérons que vous trouverez ce discours particulièrement émouvant en 2020.

 

« Je suis allé en Espagne par honneur. Je suis revenu car il y a des choses à dire en réponse à ceux qui, en dehors de l'Espagne, parlent au nom du déshonneur. 

Je suis médecin, chirurgien. Mon travail est de soutenir la vie humaine, dans toute sa beauté et sa vigueur. Je ne suis pas un politicien, mais je suis allé en Espagne parce que les politiciens ont trahi l'Espagne et ont essayé de nous entraîner dans leur trahison. Avec des formes variables et avec des degrés divers d'hypocrisie, les politiciens ont décidé que l'Espagne démocratique devait mourir. C'était ma conviction, comme c'est maintenant ma conviction, que l'Espagne démocratique doit vivre. 

Pour le peuple espagnol et pour quiconque a vu l'Espagne par lui-même, la situation est claire. Si claire, en fait, Franco et ses partisans fascistes ont un besoin urgent d'une diversion pour dissimuler leur agression, tout comme les bêleurs conservateurs partisans de la non-intervention ont besoin d'une feuille de vigne pour habiller les tiges nues de leur misérable politique. Ils en ont trouvé une, à leur grand soulagement. Ce n'est rien de plus que l'enfant bâtard peintre en bâtiment autrichien et du transfuge italien. C'est «la menace du communisme». 

Il y a quatorze ans, Mussolini est arrivé à Rome dans une voiture de luxe et s'est installé dans ses fonctions pour détruire la « menace communiste ». Il a entreprit promptement, au nom de sa sainte mission, de détruire le niveau de vie du peuple et le droit même à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur. Plus récemment, sans doute dans le cadre de la même mission sainte, il a militarisé l'Italie et mis l'Abyssinie sous l'emprise du fascisme et des massacres. 

Il y a quatre ans, en Allemagne, Adolf Hitler a été installé comme chancelier, également pour sauver l'Allemagne de la « menace communiste ». Il a procédé, comme vous vous en souvenez, avec encore plus de célérité que le Duce. Au nom de la guerre sainte contre le bolchevisme, il a fait une guerre impie contre tous les groupements démocratiques allemands, communistes ou anticommunistes, ruiné et assassiné des « non-aryens », chassé certains des meilleurs esprits du siècle, rempli l'Allemagne par l'horreur et la brutalité des camps de concentration, et a attaché au peuple la tyrannie la plus terrible que le monde ait jamais connue. Herr Hitler fait toujours rage contre la « menace du communisme », mais déjà les canons de ses nouvelles armées pointent vers les territoires des principaux gouvernements non communistes d'Europe. 

Et maintenant Franco et ses Maures [ sic ], ses soutiens allemands et italiens annoncent le même thème: eux aussi sauvent l'Espagne de la menace communiste. Et à Downing Street, dans notre propre capitale et parmi les savants sénateurs américains, il est admis que cette situation est déplorable pour l'Espagne, mais que les rouges en sont responsables après tout, et que les combats actuels ne sont que des prétendues réactions nationales aux ingérences de Moscou. 

Maintenant, je ne suis pas du tout intéressé ce soir pour discuter des mérites ou des inconvénients du programme et de la philosophie communistes. Si le peuple espagnol voulait le communisme, ce serait à lui et à personne d'autre de décider quand et comment il devrait l'avoir. Mais je dois dire que la tentative de dépeindre l'invasion de l'Espagne comme une croisade pour sauver le pays de la « menace communiste» n'est pas seulement un misérable mensonge, c'est une folie calculée et vicieuse. 

N'est-il pas clair que si cette folie doit prévaloir, elle portera un coup mortel à tous les droits et libertés des non-communistes aussi bien qu'à celles des communistes? Car si vous n'êtes pas libre, à l'image du peuple espagnol, et que vous défendez votre liberté, vous serez frappé comme un communiste. Si vous avez faim, à l'image du peuple espagnol, vous serez montré du doigt sous les cris de la « menace communiste » lorsque vous demanderez du pain. Si vous aspirez à une vie décente et paisible d'abondance minimale, encore une fois à l'image du peuple espagnol, vous devrez faire face à la vengeance de ceux qui sèment la terre avec des baïonnettes pour endiguer la contamination du communisme. Chaque parole sincère, chaque désir d'une vie meilleure, chaque protestation contre l'injustice, chaque plaidoyer pour améliorer un monde imparfait sera suspect, dangereux, et une invitation aux représailles, 

Certains affirment, bien sûr, que l'Union soviétique aide le régime loyaliste et que les communistes à l'intérieur et à l'extérieur de l'Espagne soutiennent le gouvernement espagnol. Cet argument, vraisemblablement, est censé prouver l'existence de la « menace communiste » en Espagne, et ainsi disqualifier les loyalistes. Je ne parviens pas à comprendre cette logique. Je ne parviens pas à comprendre l'argument selon lequel, parce que l'Union soviétique, ou les communistes d'ailleurs, soutiennent quelque chose, cela s'avère nécessairement mauvais. Je ne peux pas non plus accepter l'argument que parce que les fascistes et leurs amis conservateurs « neutres » disent partout que quelque chose est bon, cela ne peut donc pas être tout à fait mauvais. 

Oui, l'Union soviétique a envoyé de l'aide à la République espagnole. Tout comme le Mexique, qui n'est pas communiste. C'est un fait indéniable. Est-ce au discrédit de l'Espagne? Je réviserais la question: je dirais que c'est tout à l'honneur de l'Union soviétique et du Mexique d'avoir honoré leurs obligations envers le gouvernement espagnol, qui représente le peuple espagnol. L'Union soviétique et le Mexique, en reconnaissant au gouvernement espagnol ses droits légaux, aident le gouvernement élu et soutenu par le peuple lui-même. Les puissances occidentales, en emprisonnant les loyalistes et en fermant les yeux sur le flux d'armes et d'armées partant d'Italie et d'Allemagne pour rejoindre Franco, soutiennent le choix d'Hitler, de Mussolini et de la clique des financiers et des forces féodales espagnoles qui tirent leur richesse de la pauvreté du peuple. 

Finissons-en donc avec la misérable tromperie de l'anticommunisme. Il a bien servi Hitler et Mussolini, mais pas les peuples allemand et italien asservis. Cela peut avoir un son agréable dans les oreilles des conservateurs et apaiser les consciences de certains dirigeants travaillistes britanniques, mais c'est néanmoins de la malhonnêteté. C'est le grand mensonge de notre décennie. C'est le dernier refuge des réactionnaires à l'arsenal politique vide, de leur monde en faillite et dont la soif de pouvoir intacte des patrons est désespérée. C'est l'une des leçons de l'Espagne. J'espère que nous ne l'oublierons jamais. 

L'Espagne peut être la tombe du fascisme. L’histoire se vengera un jour de ceux qui l’échouent. » 


Rebel Youth - Jeunesse militante

Partager cet article
Repost0

commentaires