Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la-Pensée-libre
  • : Philo-socio-anthropo-histoire. Revue en ligne éditée par une partie de l'ancienne rédaction de "La Pensée" exclue en 2004, élargie à d’autres collaborateurs et consacrée au renouvellement de la pensée critique de la globalisation, du politique, de l’économique, du social et du culturel.
  • Contact

Profil

  • la-pensée-libre
  • Philo-socio-anthropo-histoire.
Revue en ligne éditée par une partie de l'ancienne rédaction de La Pensée exclue en 2004, élargie à d’autres collaborateurs et consacrée au renouvellement de la pensée critique de la globalisation, du politiq
  • Philo-socio-anthropo-histoire. Revue en ligne éditée par une partie de l'ancienne rédaction de La Pensée exclue en 2004, élargie à d’autres collaborateurs et consacrée au renouvellement de la pensée critique de la globalisation, du politiq

Recherche

Liens

7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 20:08

           D’élection en élection, les candidats pérorent sur tout, sans jamais reconnaître ce qui bloque toute possibilité ne serait-ce que de tenter de réaliser leurs promesses électorales, à savoir la Banque centrale européenne, l’eurogroupe et sa Commission européenne. On parle donc à longueur de discours de « valeurs européennes » sans jamais avoir voulu ou pu les définir, parce que le « citoyen » a compris qu’elles se réduisaient à celles cotées en bourse. Et comme il n’a aucun pouvoir ni sur la bourse ni sur les décisions politiques stratégiques, il se désintéresse de la gestion des affaires qu’on ne peut plus appeler une vie politique. Ce qui évidemment, aboutit à défaire les peuples, sans pour autant créer à la place ce « peuple européen » fantasmé par de mornes eurocrates. Il faut rappeler que le projet d’UE a été élaboré dès le débarquement des troupes US par des agents d’influence sans envergure et au passé trouble, Schuman, Monnet, Hallstein, Spaak…

        S’il a pu exister sur notre sub-continent quelque chose comme une culture européenne qui s’est abreuvée depuis l’Antiquité aux sources de la civilisation méditerranéenne, force est de reconnaître que l’Union européenne l’a asséchée.

           Alors que les Britanniques ont repris leur liberté, échec du « projet européen » s’il en est, on constate qu’il n’est venu à aucun « grand leader » de constater que ce désastre nécessitait au moins de lancer un débat de fond sur le pourquoi de la chose et sur les objectifs à éventuellement reconstruire. On continue donc à rouler sur ce qu’un eurocrate avait, dans un éclair de franchise, voulu voir comme « une autoroute sans sortie ». Jusqu’à quand ? Essayons dès lors de tenter ici de remettre les pendules à l’heure...

La Rédaction

 

 

UE, une impasse politique et sociale

-

juin 2021

 

Claude Karnoouh

 

Telle qu’elle fut conçue par ses pères fondateurs, et en particulier par celui qui en posa les prémisses et en fut le premier dirigeant, Robert Schuman, l’UE devait servir d’instrument essentiellement économique afin de permettre une coopération harmonieuse entre des nations naguère concurrentes tant dans l’espace européen proprement dit que dans les espaces coloniaux qu’elles dominaient. Robert Schuman, de fait un agent étasunien dès avant la Seconde Guerre mondiale (cf., les mémoires du Général de Gaulle), visait simultanément à ne pas faire de l’UE une menace économique réelle pour les États-Unis. Il fallait à tout prix désamorcer tout danger potentiel de conflits, c’est-à-dire trouver les instruments juridiques qui, votées par chacun des parlements nationaux, limiteraient leur propre souveraineté et par là-même la souveraineté des nations. Le but implicite et non-dit visait à éliminer l’État-nation européen, cette création du XIXème siècle d’après le modèle issu de la Révolution française, de manière à confier le pouvoir à une instance de type fédérale dont le modèle était représenté par les États-Unis d’Amérique. Ainsi, commission européenne et députés européens auraient des prérogatives législatives et exécutives supérieures à tous les États membres. C’est pourquoi on constate, depuis quarante ans et peu à peu et inexorablement, que les États perdent de leur souveraineté régalienne en matière de finance, d’enseignement, voire de diplomatie, certains pays d’Europe de l’est ayant atteint le statut de semi-colonie ce qui n’était arrivé que sous la férule du régime communiste pendant la seule période stalinienne.

 

Lorsque bon an mal an l’économie allait bon train, il semblait plausible aux citoyens de l’UE que l’institution apportait le bien-être à une majorité de citoyens, même si son fonctionnement réel avait déjà tendance à accentuer les écarts de revenus et à augmenter le chômage. Mais dès la crise des subprimes de 2008 suivit par celle de 2017 intensifiée par la pandémie du Covid 19, alors non seulement les écarts économiques se sont creusés, mais la pauvreté a augmenté de manière drastique. La prétendue solidarité entre les États membres a volé en éclats. Il faut dire que pendant la crise des surprimes, l’Allemagne, grand trésorier de l’UE et attachée à une rigueur monétaire quasi dictatoriale, n’avait pas manifesté beaucoup d’inclination pour aider le peuple grec à sortir de l’impasse où se trouvait son économie trahie par les banques étasuniennes, sauf à continuer à la piller. Dans le discours teuton, tous les clichés allemands sur les gens du Sud refaisaient surface : des fainéants qui ne pensent qu’à se dorer au soleil et à siroter du café1. Avec le Covid, c’était limpide : chacun pour soi… et Dieu pour tous !

 

Un autre aspect rend le projet de l’UE bien improbable, c’est la disparité des développements en ce que cette institution politico-économique a montré bien des fois qu’elle avait été conçue pour les classes dominantes et leurs laquais, et non pour le mieux-être réel des peuples. Entre les pays de l’Ouest, l’Allemagne en tête, puis la France, la Belgique, la Hollande, le Danemark, la Suède, la Finlande, etc., et les pays de l’Est dont la Roumanie, la Bulgarie, les pays Baltes, la Pologne, etc… là où les thérapies de choc post-1989 doublées du coût bon-marché du travail et des avantages fiscaux éhontés accordés aux investisseurs occidentaux, se sont soldées par une désindustrialisation massive réduisant l’activité industrielle à la sous-traitance pour les usines de l’Ouest, faisant voler en éclats les lois du travail et mettant ainsi les employés à la merci des patrons qui menacent sans cesse de délocaliser l’outil de travail lorsqu’ils leur semblent que d’autres pays du tiers-monde offrent des possibilités de plus-values plus avantageuses (Nokkia qui voilà une dizaine d’années avait employé jusqu’à trois cents ouvriers, a, du jour au lendemain, quitté Cluj sans coup férir, et sans amende, pour le Viet-nam !). Par ailleurs, il ne faut pas se bercer d’un angélisme naïf. Les sommes énormes déversées en Europe de l’Est pour refaire les infrastructures ferroviaires, routières, touristiques, sont en partie déroutées vers les poches de politiciens et de patrons locaux, et pour l’autre part, majoritairement retournées vers l’Occident au travers des contrats qui obligent les États à acheter sans licitation des matériaux en Europe occidentale ou à employer des firmes occidentales qui viennent faire le travail à l’Est en le sous-traitant à vils prix à des firmes locales. Bref, la bonne corruption qui fixe les intérêts des élites politiques et techniques dans la bonne direction, opposée à la mauvaise corruption dénoncée par Bruxelles, celle qui favorise le capital local.

 

Ainsi dans les quelques années qui précédèrent l’adhésion de l’Est à l’UE (il y avait aussi l’OTAN dans le package deal !), après les chants des sirènes distillés aux peuples occidentaux, on entendit ad infinitum politiciens, experts et intellectuels nous vanter les avantages qui nous guettaient d’une réussite économique assurée : le bonheur consumériste était à portée de main, nous allions tous devenir riches, ne gaspillant plus nos ressources à nous faire des guerre épuisantes. Le bonheur étant dans l’urne, il suffisait de voter oui à l’adhésion. Certes, il fallait bien aménager cet horizon irénique et hédoniste, organiser une propagande drastique qui vilipendait les trouble-fêtes, ceux ayant la sensibilité souverainiste et fier de l’être avaient voté contre l’adhésion.

 

Dans un esprit « hautement démocratique », l’Occident, au premier rang duquel les Germains puis les États-Unis, brisèrent la Yougoslavie en avivant les ressentiments et les haines entre les divers peuples que les communistes avaient cru avoir cassés.2 Toujours dans un souci démocratique, l’OTAN, légitimé par l’UE, bombarda un pays européen comme cela n’avait plus été le cas depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il fallait que les gens de peu (au Moyen-âge on eût dit les gueux) se soumettent au nouvel ordre européo-mondial, renoncent à leur souveraineté nationale et continuent à fournir à l’Europe de l’Ouest un marché sans concurrence et des travailleurs à bas-prix. Ce flux s’étendit ensuite toute l’Europe de l’Est et l’on constata que des professeurs de lycée travaillaient comme maçons ou femmes de ménages, que des infirmières hautement qualifiées se faisaient gardes-malade à domicile ou dans des hospices passant leur temps à torcher le cul des vieillards, que des ingénieurs s’employaient comme simples ouvriers sur les chantiers de construction, et que des employés ou des paysans ne manquant pas de compétence étaient employés comme des esclaves modernes dans le maraîchage industriel de France, d’Allemagne, d’Italie et d’Espagne. « Le bonheur est donc dans le pré » comme le proclame une célèbre émission populaire de la télévision française pour faire oublier aux téléspectateurs combien la politique rurale de l’UE a ruiné la petite paysannerie et a promu une agriculture industrielle qui détruit en Europe (et ailleurs) tous les écosystèmes, la qualité des eaux et de l’air. En bref, ayant inventé une monnaie unique et en y adjoignant le prétexte de l’humanisme libéral de la libre circulation des peuples, le capitalisme européen et mondial s’attachait essentiellement à fluidifier simultanément la circulations des marchandises et celle des travailleurs (ceux-ci par leur travail ne sont qu’un équivalent monnaie de la marchandise). Le capital avait ainsi trouvé un nouveau remède à la baisse tendancielle du taux de profit.

 

De plus, dans le même processus, en organisant la compétition du travail entre les travailleurs de l’Ouest mieux rémunérés et ceux de l’Est sous-payés, le capital brisait la solidarité syndicale, fer de lance au siècle précédent de toutes les conquêtes sociales ayant amélioré la santé et le confort des ouvriers et des salariés en général. Cette dynamique de la libre circulation des hommes et des marchandises n’avait largement profité qu’aux grandes entreprises européennes, mais aussi étatsuniennes, indiennes et chinoises, à travers leurs filiales installées en Europe. En fin de compte, un peu plus tard, en ouvrant toutes grandes les portes des émigrations extra-européennes dues aux diverses guerres néocoloniales menées au Moyen-Orient au nom de la démocratie, le capital, sur le sol européen, avait déclenché la guerre de tous contre tous. Par exemple, dès que des ouvriers venus du Maghreb refusaient de travailler pour des salaires scandaleusement bas dans l’agriculture andalouse, immédiatement se présentaient des Roumains, des Pakistanais, des Sri-Lankais, des Vietnamiens, des Philippins, des Indiens, etc… Bingo ! Sous prétexte d’un grand humanisme du déplacement, relayé par des ONG-s émanant des pouvoirs économiques dominants, les multinationales ont finalement gagné la guerre de classe, comme l’a proclamé naguère et sans vergogne le milliardaire étasunien Warren Buffet.

 

Le discours idéologique

Mais les lois économiques européennes ne suffisent pas à l’ensemble du dispositif. Pour imposer une telle construction politique nouvelle, il faut, comme toujours, un discours proposant une idéologie, laquelle offre des référents et présuppose créer les sentiment d’appartenances. Ici, le discours consiste à affirmer tout de go qu’il existe un peuple européen. Voilà qui me semble mériter un commentaire. Même une observation rapide de l’espace européen de l’UE montre qu’une telle affirmation tient du wishful thinking propre aux bureaucrates politiques, aux journalistes et aux universitaires de la même eau. Certes, la notion de peuple européen peut être valable pour quelques millionnaires hors-sol, pour quelques milliers de footballeurs et de sportifs professionnels, de mannequins, d’artistes du rien postmoderne qui sont vendus comme une simple marchandise ; cela peut aussi renvoyer à ces nombreux journalistes stipendiés, à ces universitaires et chercheurs spécialistes des salles d’attente d’aéroport et de colloques où se récitent (sous la couverture de « spécialistes scientifiques ») les mantras produits par Bruxelles. Mais quand j’observe ici et là dans les pays dont je connais les populations dans leurs diversités sociales, l’espace européen de l’UE, cela se résume à l’euro et à la présence de nombreux touristes étrangers pendant quelques semaines de l’année puis, les vacances finies, on se retrouve entre soi. Voilà la réalité, banale, quotidienne, vécue par des dizaines de millions de personnes. Il suffit de se promener en Italie, en France, en Roumanie, en Bulgarie, en Grèce pour voir et entendre que l’incarnation d’un peuple européen est une pure fiction, un monstre chimérique né des têtes idéologisées des bureaucrates travaillant à organiser la propagande de l’UE.

 

La présence attestée d’un peuple se signale par quelques caractères irréductibles que l’on ne peut occulter, à moins de vivre dans un ailleurs dématérialisé, par exemple celui de l’argent qui n’a ni patrie ni langage sauf celui des chiffres. La présence d’un peuple présuppose une langue quotidienne commune même si des langues secondaires sont officiellement reconnues par l’État comme en Italie ou en Roumanie, et dans la plupart des pays d’Europe centre-orientale. Sauf la Suisse avec la Belgique, où il y a respectivement quatre et trois langues officielles, la reconnaissance de langues minoritaires par l’État laisse inchangé la langue officielle, celle des documents, des principaux médias main stream et de l’enseignement3. Situation qu’il ne faut pas confondre avec les anciennes colonies européennes où la langue des coloniaux, anglais, français, espagnol, portugais, un temps néerlandais et, jadis allemand sont demeurées les langues de communication surtout dans des pays où des mosaïques de peuples parlaient sur de petits territoires des dizaines de langues différentes parfois aussi éloignées l’une de l’autre que le roumain l’est du finnois : les cas les plus spectaculaires se rencontrent dans les diverses sociétés mélanésiennes, papoues et fidjiennes, parmi le monde amérindien et en Afrique noire.

 

Ce qui caractérise les langues des peuples européens (comme les langues de tous les peuples de culture écrite), c’est le fait que dans chacune d’elles il existe une littérature, une prose, et surtout, une poésie, cette manière inégalée de faire chanter (« de coudre » disaient les Grecs anciens) la langue comme l’écrivait Homère au premier vers de l’Odyssée, matrice littéraire de toutes les cultures européennes, à laquelle il conviendrait d’attacher l’Énéide de Virgile :


 

Μῆνιν ἄειδε, θεά, Πηληϊάδεω Ἀχιλῆος,
οὐλομένην, ἣ μυρί’ Ἀχαιοῖς
ἄλγε’ ἔθηκε,

Chante, ô Muse, la colère d’Achille, fils de Pelée, colère funeste….


 

Arma uirumque cano, Troiae qui primus ab oris 

Italiam, fato profugus, Lauiniaque uenit…

Je chante les combats du héros prédestiné qui, le premier,  

Fuyant les rivages de Troie, aborda en Italie, près de Lavinium ;


 

Or il semble que pour la bureaucratie bruxelloise et tous ses commensaux qui parlent le « globish », une sorte d’anglais minimal propre aux annonces d’aéroport (sauf pour les Anglais et les Irlandais), la langue, et donc la culture littéraire, sont affaires secondaires par rapport aux vraies affaires où la langue ne sert qu’à la communication des ordres et des chiffres : de quoi faire se retourner dans leur tombe Yeats et T.S. Elliot, Hölderlin, Heine et René Char, Lucian Blaga, Teodor Arghezi, Ady Endre et Joszef Attila… C’est pourquoi je mets au défi les petits marquis et petites marquises, courtisans et courtisanes de l’UE, de me définir un vrai peuple européen, hormis parmi certaines élites de très haut niveau culturel ou social, lesquelles, historiquement, n’ont pas attendu les bureaucraties bruxelloises pour se penser européen, à commencer par tout professeur de philosophie qui enseigne les bases de la pensée moderne depuis Descartes.


 

Pour faire un peuple, il faut aussi partager des éléments d’une saga nationale, ce que certains appellent une histoire commune, si l’on entend histoire par une narration qui n’est jamais objective selon des critères scientifiques, mais qui doit seulement énoncer un en-commun aux habitants qui le copartagent, y compris en le critiquant. Car critiquer un discours, des références et des pratiques ne veut pas nécessairement dire les jeter aux oubliettes, aux poubelles de l’histoire, bref les éraser. Pas de Cancel culture ! Les divers peuples de l’UE se sont longtemps affrontés comme des ennemis inexpugnables. Il a fallu cinq siècles pour faire des Anglais et des Français des alliés et pas toujours fidèles. Longtemps les principautés germaniques ne furent pas ennemies de la France, l’ennemi c’était essentiellement l’Autriche qui, malgré le mariage de Marie-Antoinette avec le Dauphin de France, et plus tard celui de Napoléon avec Marie-Louise d’Autriche, le demeurerait jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale avec la Prusse devenu le centre de l’Empire allemand. On pourrait multiplier les exemples de ces oscillations dans le rapport ami/ennemi de la France et de la Grande-Bretagne où apparaissent comme alliées de l’une ou de l’autre toutes les grandes cours d’Europe depuis la chute de l’Empire romain d’Occident. Si les conflits, même les plus sanglants, n’ont pas manqué en Europe, y compris parmi les membres de l’UE, ces relations de paix et de guerres n’ont pas créé pour autant un peuple unique dans une langue unique, bien au contraire, chacun est resté campé sur sa tradition. Que peut-il y avoir d’en-commun entre un Finlandais et un Italien, entre un Danois et un Maltais, entre un Grec et un Suédois, entre un Roumain et un Belge ? Hormis lors d’émigrations forcées pour la quête d’un travail, rien de commun n’est visible à l’œil nu. Il est vrai qu’il y a parfois plus d’affinités entre citoyens de tel ou tel pays installés à l’étranger, mais à moins que celui venant s’installer ne s’intègre au sein de sa nouvelle communauté de destin, rien ne transforme ces affinités en une appartenance historique, dussent-elles se manifester par une bonne maîtrise de la langue. Rien en effet ne nous indique qu’au sein de l’UE le partenariat entre les États ne se transformera pas un jour en un conflit ouvrant la voie à un Neue Burgerkrieg. Car il ne faut pas s’y tromper, et sous prétexte de cette union, substituer une vision irénique au réalisme des relations internationales. Qui eût pu penser que le déchirement post-communiste de l’ex-Yougoslavie eût entraîné une guerre d’une extrême violence entre les républiques associées, dissimulant simultanément la déjà vieille rivalité entre la France et l’Allemagne dans les Balkans ? Et si le divorce entre la Tchéquie et la Slovaquie s’est passée sans effusion de sang, cela n’a pas interdit les divers massacres de la guerre de Yougoslavie. Sachons nous en souvenir pour ne pas bâtir des châteaux en Espagne comme le dit si joliment le proverbe français. Le plus bel exemple de cette illusion de l’UE revient à la Belgique, malgré tous les compromis, il y a, et il demeure deux peuples en Belgique qui parlent deux langues différentes, une germanique et une latine, et qui, surtout les Flamands, souhaitent prendre leur indépendance. L’UE vogue donc dans la plus totale contradiction, d’une part elle soutient le séparatisme monténégrin ou kosovar, et, de l’autre, le refuse à la Catalogne ou à la Corse ! Comme si les États les plus puissants imposaient aux plus faibles des politiques de fragmentation qu’ils récusent chez eux !


 

L’UE repose fondamentalement sur des accords qui visent donc à fluidifier les échanges économiques afin qu’ils échappent à toutes les contraintes que pourraient imposer des lois protectionnistes propres au pouvoir régalien des États souverains. Au fur et à mesure que l’institution prenait de l’ampleur, les États adjoignirent à l’économie la recherche et l’enseignement (avec la catastrophe de Bologne par exemple), et enfin pour faire bonne mesure et donner l’illusion d’un nouvel humanisme, les députés et la Commission ajoutèrent la culture, le livre, le cinéma, les beaux-arts. Or cette omnipotence des intérêts culturels n’a guère produit des œuvres exceptionnelles, bien au contraire, avec la mondialisation, il y a à la fois un nivellement formel et un étalement du conformisme qui nous offre des œuvres culturelles d’une éclatante médiocrité, sauf dans la poésie en ce que les énoncés sont intimement liés au génie propre à chaque langue, et donc difficilement transposable en « globish » uniforme. Le seul point positif de cette union se montre dans les législations promues pour la préservation des écosystèmes avec cependant des limites vite perceptibles, en ce qu’aucune instance judiciaire ou policière ne peut contraindre un pays à respecter les recommandations européennes sur la chasse et la préservation des espèces végétales, animales et des milieux naturel. Je n’ose pas même aborder ici les problèmes de la justice et de la tolérance tant chaque État fait à peu près ce qu’il veut.


 

Derrière les paroles lénifiantes des politiciens et des journalistes nous savons que la guerre fait rage au sein de l’UE. Une guerre essentiellement économique entre les pays de l’Ouest riches et les pays de l’ex-glacis soviétique pour certains beaucoup plus pauvres ou, après les thérapies de choc néolibérales, ayant retrouvé leur misère de l’Entre-deux-guerres. Mais non seulement ! Lors de la crise grecque personne n’a pu imposer aux Allemands une solidarité financière minimale, laissant la Grèce étouffer sous le poids de sa dette vis-à-vis de l’Allemagne et la France. Alors que l’UE offrent des prêts énormes sans intérêts aux ex-pays de l’Est, ceux-ci, au lieu d’acheter par exemple des armes ou des centrales atomiques européennes achètent des armes et des centrales étasuniennes (sauf la Hongrie). Les exemples de ce types abondent. La guerre dans le cadre du droit d’ingérence européen au nom de l’État de droit conçu par l’Europe occidentale n’est guère unanime, la législation de l’émigration et les quotas imposés par Bruxelles engendrent l’ire des pays qui n’ont strictement aucun passé colonial, et donc ne se sentent pas responsables de la réparation de cette catastrophe. Que ce soit sur l’uniformisation du droit du travail et des rémunérations, sur les rapports entre l’Église et l’État, une guerre sourde fait rage sans que les citoyens puissent intervenir réellement puisque le Parlement élu n’a quasiment point de pouvoir, celui-ci étant concentré au sein de la commission non-élue et dans les réunions des chefs d’État. En fin de compte, ce qui semble assuré c’est le but initial et ultime de l’UE, une zone fédérale de libre échange soumise aux pouvoirs bancaires internationaux dans un esprit néo-libéral dont la finalité se manifeste clairement : maintenir en l’état les pôles de la richesse et ceux de la pauvreté.


 

L’Europe promettait le plein emploi, mais le chômage n’y fait qu’augmenter, dût-il être dissimulé comme en Allemagne et en France par l’explosion du travail précaire. L’Europe avait promis la stabilité financière quand la monnaie unique a engendré une énorme croissance des prix des objets et nourritures de consommation courantes. Bref, l’Europe c’était enfin le bonheur après la guerre froide. Mais, on le constate, c’est toujours la même exploitation des salariés qui demeure encore et encore. Certes il existe un courant qui pense pouvoir réformer l’Europe de l’intérieur en modifiant ses règles de fonctionnement. Mais a-t-on vu jamais une gigantesque machine bureaucratique fournissant d’excellents salaires, des avantages fiscaux et des retraites sans équivalent vouloir se réformer ? Changer l’UE, c’est d’abord la défaire pour en reconstruire une autre sur de toutes autres bases sociales et économiques, et donc politiques. Voilà le vœux pieux des hérauts du discours d’une « Europe sociale », mais dans le cadre de l’UE définie par les traités tels qu’ils sont agencés présentement, il n’est là qu’un grand bluff.


 

Dans l’un des aphorismes de son ouvrage Le voyageur et son ombre, Nietzsche écrivait : « Peut-être que l’Europe ne vit que dans trente très vieux livres qui n’ont jamais vieilli ». A l’heure de la Cancel culture généralisée, j’ai très peur que ces très vieux livres nous échappent déjà.

Claude Karnoouh, Bucarest le 31 mai 2021

 

Notes :

1 Les Teutons auraient pu ajouter parlant des hommes du Sud, « juste bons à sauter les femmes du Nord qui y vont passer leurs vacances à cet effet ».

2 Voir le remarquable film de Kusturista, Underground.

3 A ce sujet, rappelons-nous la révolte de nombreux Catalans qui réclamaient l’enseignement en castillan et non dans une langue qui n’est parlée quotidiennement et massivement que dans les campagnes et les petites villes. C’est aussi le cas du gaëlique d’Irlande qui doit être enseigné à tous les habitants qui ne viennent pas des deux comtés du Nord-Ouest où le gaëlique est la langue parlée en famille, au travail, dans les relations sociales.

Partager cet article
Repost0

commentaires